Les vérités que le monde du foot doit entendre

OGC Nice : le pire en héritage Abonnés
Publié le 18 mai 2022
OGC Nice : le pire en héritage
Décryptage de la saison 2021-2022 de l'OGC Nice, marquée par les rebondissements, les scandales, les échecs et les désillusions.

Le rideau vient de tomber sur la troisième saison de l'OGC Nice depuis le rachat du club par le géant de l'industrie chimique INEOS, avec à sa tête Jim Ratcliffe, la première fortune britannique. Lors de son arrivée sur la Promenade des Anglais, sa puissance financière laissait augurer des lendemains qui chantent pour les 11 grands garçons qui semblent surgis du soleil. Ainsi que leurs remplaçants, le staff et les supporters. Pour autant, l'Anglais n'a jamais eu l'intention de voir Nice se promener dans les compétitions domestiques. De son point de vue, rêver plus grand signifiait atteindre de nouveaux objectifs, en France comme en Europe, mais à sa mesure. Pas d'OGC Nice Champions Project, pas de Messi ni de CR7 en pré-retraite sur la Côte d'Azur, mais un recrutement qui se veut intelligent pour que, malgré tout, les Aiglons accomplissent mille merveilles.

Bien sûr, bâtir un projet même de cette envergure, moindre par rapport aux prétentions du club de la capitale, demande du temps. Et il est normal de ne pas récolter tout de suite les fruits des efforts accomplis. Toutefois, pour récolter, il faut d'abord semer. Et on ne peut pas dire qu'absolument rien n'a été fait depuis trois ans. Nice, ce n'est pas Bordeaux.

Comme à chaque intersaison, en 2021, Nice voit partir et arriver des joueurs. Mais le gros coup de ce mercato d'été, sans conteste, ne s'est fait ni chez les gardiens, ni chez les défenseurs, ni chez les milieux, ni chez les attaquants. Sur le banc. En la personne de Christophe Galtier. L'entraîneur champion de France en titre avec le LOSC, à la surprise générale. À la barbe de Mauricio Pochettino. Car c'est bien lui qui a gagné la Ligue 1 et pas son homologue argentin qui l'a perdu, n'en déplaise à Kylian Mbappé. Après...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter