Les vérités que le monde du foot doit entendre

L'After, ma deuxième naissance Gratuit
Publié le 9 mai 2021
L'After, ma deuxième naissance

TEMOIGNAGE. Je suis né deux fois : en 98, juste avant la Coupe du Monde. Et en 2010, pendant une autre Coupe du monde, la première fois où j'ai écouté l'After.

Clément R. (22 ans) est supporter du HAC et de l’After (qui lui apporte souvent plus d’émotions que son équipe de cœur). Il est abonné à la revue After Foot.


Je suis né un 8 juin 1998, deux jours avant l’ouverture de notre Coupe du Monde victorieuse, dans la ville abritant le doyen des clubs pros français, j’étais prédestiné. Pourtant, j’ai mis longtemps à m’éveiller au football : ma mère était (et est toujours) farouchement opposée à ce sport donc mon père n’en parlait pas et s’était un peu dépassionné depuis sa jeunesse. Nous n’avons jamais eu la télé à la maison, je n’avais pas encore ma radio personnelle, et internet n’en était qu’à ses débuts.

En 2006, le premier match que je regardais était France-Portugal, sur un vieux poste prêté par des voisins. Il fallait que ce soir-là le contrôleur des impôts passe vérifier que conformément à notre déclaration nous ne possédions pas de télé… Puis ce fut la finale, dans un camping, l’expulsion de Zidane, la barre de Trezeguet. Après ça, j’ai commencé à aller au stade, à l’époque la mairie proposait aux écoliers des places à tarif préférentiel une à deux fois par an. C’était l’occasion, avec mon petit frère et mon père, de nous retrouver entre hommes, pour aller suivre à Deschaseaux les exploits des ciel et marine : je me souviens d’un 3-2 contre Angers, où après avoir concédé l'égalisation à la 84ème minute, les Havrais ont marqué deux minutes plus tard, en 2008 l’année du titre (ce qui porte notre total à 5 titres de deuxième division : le record !). Hoarau avait terminé meilleur buteur (l’année suivante fut notre dernière saison dans l’élite à ce jour). Je me souviens aussi d’un 1-0 arraché contre Laval, les Mayennais touchant la barre dans les dernières minutes.

Mais c’est à...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter