Menu

Les vérités que le monde du foot doit entendre

Découvrez le plus beau joyau de Séville Gratuit
Publié le 21 juillet 2021
Découvrez le plus beau joyau de Séville

Le patrimoine historique et culturel de Séville, ville au passé prestigieux, est un des plus importants d'Espagne. Mais on ne peut comprendre vraiment cette ville si l'on passe à côté de sa passion pour le foot.

À Séville, ou tu es du Betis, ou tu es du FC Séville. Que ce soit de naissance ou par adoption, tu es marqué par des couleurs, Vert et Blanc ou Rouge et Blanc. Si tu nais dans une famille Betica, tu apprendras à dire à 1 an : “Sevilla caca, Betis bueno” et l’inverse dans une famille sevilliste. Même si une personne n’a pas vu un match de son équipe depuis 5 ans, elle va te dire qu’elle est pour une équipe ou pour une autre.

Venant de France, avec une culture foot française, j’ai été surpris par le premier derby que j’ai vécu ici. J’arrivais en retard pour voir le match et je marchais dans la ville ; c’était le soir, les rues étaient désertes, pas une voiture, pas un piéton. Et en regardant par les fenêtres illuminées, je pouvais voir toutes les familles ou les groupes d’amis réunis autour d’une table bien remplie et regardant le match. J’avais l’impression qu’ils étaient en train de célébrer le réveillon de Noël ou du Nouvel An.

Evidemment, malheur aux perdants.... Le lendemain du derby, si ton équipe a perdu, il vaut mieux ne pas trop se faire remarquer, le « chambrage » est de rigueur, accompagné du sens de l’humour des Sévillans réputé dans toute l’Espagne. Au niveau sportif, au vingt et unième siècle, le FC Séville est au-dessus du Betis, et plusieurs fois le Betis est descendu en deuxième division pour remonter rapidement. Lorsque j’entendais des supporters du FC Séville se réjouir de ces descentes, je n’ai jamais pu m'empêcher de leur faire remarquer qu’ils se trompaient, puisqu’ils perdaient deux fêtes de famille dans l’année.

Dans la ville, il y a donc deux stades : le Benito Villamarin pour le Beetis (60 000 places) et le Sanchez Pizjuan pour le FC Séville (45 000 places). Les supporters du club vert et blanc sont reconnus dans toute l’Espagne pour le nombre, les supporters sevillistes sont reconnus pour l’ambiance chaude du stade, en Espagne et en Europe car le club a gagné 6 fois la C3 (Coupe de l’UEFA puis Ligue Europa), record au palmarès de la compétition.

Mais malgré la ferveur des tribunes, on trouve dans les stades tous types de public, des groupes d’amis de tout âge, hommes et femmes, des familles avec de jeunes enfants, des grand-parents seuls ou accompagnés de leurs petits-enfants, etc.

Aucune sensation d’insécurité dans le stade ou aux abords, comme j’ai pu le vivre dans d’autres stades. La culture foot est ancrée dans la société, elle se partage, se transmet, s’hérite. Elle est présente partout, c’est le sujet numéro un de conversation, au travail, dans les transports en commun, au bar, dans les salles d’attente... Tout le monde a un avis sur le penalty de la veille, un pronostic sur le match de Ligue des champions de la semaine, une opinion sur la composition d’équipe à faire ou sur le transfert nécessaire de l' été.

Cette culture commune unit les gens, elle brise la glace entre les personnes. Ainsi, tu peux aller boire un café dans un bar où tu ne connais personne et terminer après dix minutes au milieu d’un débat enflammé pour déterminer si l’attaquant titulaire du FC Séville doit être De Jong ou En-Nesyri pour faire une remontada contre Dortmund.

Enfin, je ne voudrais pas oublier une partie primordiale de la culture foot sévillane qui est la pratique. Elle est généralisée, les enfants dans les parcs, dans la rue, dans les écoles de foot; les adultes en clubs de toutes catégories, masculine et féminine, à 11, à 7, à 5; en stade, city-stade, foot-salle, beach-soccer....

Le foot prend tellement de place dans le paysage sportif qu’il est même difficile pour les autres sports d’exister. Pour prendre un exemple personnel, je suis président d’un club de rugby. Pour avoir un créneau horaire pour s'entraîner dans les installations municipales, nous passons après toutes les catégories de football, toutes les équipes, compétition et loisir. Nous avons les seuls créneaux qu’aucune équipe de foot ne veut.

Je vous invite à venir visiter Séville si vous ne la connaissez pas, c’est une ville extraordinaire pour sa culture, les vestiges des différentes civilisations qui l’ont occupée, son art. Mais si vous voulez vous imprégner de sa culture locale, venez vivre son football.

commentaireCommenter