Menu

Les vérités que le monde du foot doit entendre

Outsiders de l'Euro : les Turcs en tête ? Gratuit
Publié le 11 juin 2021
Outsiders de l'Euro : les Turcs en tête ?

L'Euro commence ce soir et comme chaque grande compétition internationale, il risque de révéler quelques surprises. Pour notre abonné, la Turquie pourrait en être une.

Alors que le sélectionneur de la Turquie, Şenol Güneş s’apprête à donner sa liste pour l’Euro 2020, je vous propose de revenir sur cette belle équipe, qui selon moi fait partie des outsiders de cet Euro.

Certes, la composition de la poule semble assez relevée, avec l’Italie (absente de la coupe du monde 2018), la Suisse (qui participe régulièrement aux compétitions internationales) et le Pays de Galles (demi-finaliste du dernier Euro), mais cette équipe de Turquie a les moyens de passer le premier tour. Voici pourquoi.

La Turquie est revancharde et a envie d’oublier les échecs de 2012 et de 2016, durant lesquels elle n’a pas pu se qualifier en phase de poules. Comme toute nation, elle a des périodes de transition, et malgré des cadres importants (Burak Yilmaz, Volkan Demiral, Emre Belözoğlu), cela ne suffit pas toujours.

Mais cette fois-ci, elle semble armée pour se qualifier pour les 1/8e, il suffit de se référer à ses matchs de qualification à la coupe du Monde au Qatar pour s'en convaincre. J’ai eu la chance de voir les matchs contre la Norvège et les Pays-Bas (victoires 3/0 et 4/2) et je dois reconnaitre que j’ai été assez impressionné par leur niveau de jeu.

4 buts en 3 matchs pour le Kral, Burak Yilmaz auteur de 28 buts en 66 rencontres depuis qu’il est international (kral = roi en turc) et âgé de 35 ans. Les stats de sa saison avec la Turquie et celles avec le LOSC sont impressionnantes. Qui pensait au LOSC qu’il allait être aussi décisif ? Qui pensait qu’il allait survoler l’attaque Lilloise ? A l'origine, il faut rappeler qu’il était censé être la doublure de Jonathan David, la pépite canadienne.

La Turquie pourra également compter sur ses autres attaquants comme Enes Ünal, Cengiz Under qui sera sûrement frais si on fait appel à lui, car cette saison il n’a pas beaucoup joué. Ensuite, au milieu de terrain, la sélection turque pourra compter sur Hakan Çalhanoğlu l’ailier gauche du Milan AC auteur d’une belle saison, puisque son club est actuellement 3ème de série A (il reste 1 journée au moment d’écrire ces lignes). L’ailier de 27 ans a marqué 13 buts en 55 matchs avec son pays. La sélection pourra aussi s'appuyer sur Ozan Tufan, le milieu défensif de Fenerbahce qui a inscrit cette année 6 buts et 10 passes décisives. Solide pour son poste.

En défense, Şenol Güneş a à sa disposition des joueurs assez jeunes, mais à fort potentiel comme le joueur de la Juventus Merih Demiral, qui n’est pas titulaire en Italie mais qui rend pas mal de services à la Vieille Dame, bien essoufflée cette saison. Le sélectionneur pourra aussi s'appuyer sur des joueurs comme Ozan Kabak (Liverpool), ou encore Caglar Söyüncü (Leicester), et le jeune Zeki Çelik (Lille OSC). Dans les buts, l’emblématique Volkan Demirel ayant pris sa retraite internationale, Uğurcan Çakır semble avoir pris le dessus sur Mert Günok.

Les supporters sont un vrai bonus à cette sélection. Que ce soit en sélection ou en Coupe d'Europe, les Turcs sont des vrais passionnés de foot, et malgré leur réputation sulfureuse, on ne peut pas nier leur importance vis-à-vis de leurs idoles. Malgré la période Covid et le peu de supporters envisagés dans les stades, nul doute que leurs supporters seront présents et constitueront un atout supplémentaire pour réaliser un bel Euro et pourquoi pas créer la surprise dès le match d’ouverture en battant l’Italie chez elle ?

Selon moi, cela est loin d'être impossible. L’Italie est en reconstruction et commence seulement à sortir la tête de l’eau. Le Pays de Galles, en baisse depuis 2016, sera, je pense, l’équipe la plus faible de la poule A, Gareth Bale et Aaron Ramsey ne suffiront pas à leur nation pour passer au tour suivant, malgré le fait qu’ils aient fini demi-finalistes en France en 2016. Il faudra donc compter avec la Turquie !


Originaire de Dijon, Benjamin Gascuel (23 ans) est supporter du Dijon FCO. Il est abonné à la revue de l'After Foot.
commentaireCommenter