Menu

Les vérités que le monde du foot doit entendre

Le but à l’extérieur… des règles Gratuit
Publié le 23 août 2021
Le but à l’extérieur… des règles

L’UEFA a décidé d’abolir la règle du but marqué à l’extérieur jugée désuète par rapport au football d’aujourd’hui. Une petite révolution qui demande une once de réflexion.

C’est en 1965 qu’est introduite la règle des buts marqués à l’extérieur. Démocratisée en 1969, cette règle devait permettre de déverrouiller les matchs trop fermés et inciter les équipes jouant à l’extérieur à orienter leur jeu vers l’attaque. La première situation à faire appel à cette nouvelle règle s’est présentée lors du huitième de finale de la coupe des vainqueurs de coupes de la saison 1965-1966 dans un match opposant Budapest Honvéd au FK Dukla Praha. Vainqueurs 3 à 2 à l’extérieur, et défaits 2 à 1 à domicile, les Tchécoslovaques ont obtenu la qualification pour les quarts de finale en évitant le match d’appui – alors en vigueur – grâce aux buts à l’extérieur. Ils ont ensuite été sortis par Liverpool, finaliste de la compétition.

La plus célèbre confusion

La mise en place de cette règle ne s’est pas faite sans accroc. Lors de la rencontre comptant pour les huitièmes de finale de la coupe d’Europe des vainqueurs de coupes (saison 1971-1972) entre les Glasgow Rangers et le Sporting Portugal, la décision du corps arbitral a suscité beaucoup d’incompréhension. Chacune des deux équipes avait alors remporté la victoire à domicile sur le score de 3 à 2. Le score cumulé à la fin du temps réglementaire étant de six partout, la qualification en quarts de finale se jouait en prolongation. Mais voilà, la prolongation n’a pas permis de départager les deux équipes puisqu’elle s’est soldée sur un score de 4 à 3 en faveur des Portugais ce qui portait le score final du match à six partout.

Selon la nouvelle règle, les Glasgow Rangers ayant marqués un nombre de buts à l’extérieur supérieur à leurs adversaires (deux buts pour le Sporting Portugal et trois buts pour les Écossais) la qualification aurait dû leur être attribuée. Une nouvelle règle a fait son apparition entre temps pour départager les équipes en cas de match nul après-prolongation : les tirs aux but. Probablement déstabilisé par cette nouvelle règle, l’arbitre de la rencontre annonce que l’issue du match se jouera aux tirs aux but et oublie d’appliquer la règle du but à l’extérieur. Le Sporting Portugal remporte la séance de tirs aux but 3 à 0 et se qualifie pour les quarts de finale. Le club des Glasgow Rangers fit appel de cette décision obtint gain de cause ainsi que la qualification en quarts de finale.

Quid de l’équité de la prolongation

L’équité est respectée si les deux matchs se jouent sur 90 minutes. Mais qu’en est-il lorsque aucune des équipes n’a pris l’avantage à l’issue des deux rencontres ? Une prolongation de deux fois quinze minutes est jouée, certes, seulement, celle-ci se dispute sur le même terrain que le second match. Nous pouvons tenter de redonner un équilibre en disant que l’équipe à domicile profite de l’avantage du terrain alors que l’équipe à l’extérieur bénéficie encore de l’avantage du but à l’extérieur. Mais rien n’y fait, l’équité est perdue. Le poids d’un but à l’extérieur est tellement significatif que l’équipe jouant à domicile est indéniablement désavantagée sur les périodes de prolongation.

Ce cas de figure a eu lieu en 2008, en quarts de finale de la coupe UEFA entre le Bayern de Munich et Getafe. Les deux équipes se sont séparées par deux fois sur le score nul d’un but partout à la fin du temps réglementaire. À l’issue des deux périodes de prolongation, les deux équipes ne s’étaient toujours pas départagées et le score affichait 3 buts partout. Le Bayern de Munich jouant le match retour à l’extérieur a bénéficié du but double lors de la prolongation au profit de Getafe et s’est qualifié pour les demi-finales. Les Bavarois ont ensuite été éliminés par les vainqueurs de la compétition, le Zénith Saint-Pétersbourg.

Les raisons d'une abolition

L’union des associations européennes de football a voté l’abolition de la règle du but marqué à l’extérieur au mois de juin 2021. Celle-ci est remplacée par deux périodes de prolongation de quinze minutes suivies d’une séance de tirs aux but, et ce, dès la saison 2021-2022. Les raisons qui ont amené cette modification de la règle en place depuis près de quarante ans sont multiples. Depuis les années 1970, il a été remarqué que le pourcentage de victoire à domicile et à l’extérieur est en constante évolution, il tend à s’équilibrer.

Lorsque au milieu des années 70, le pourcentage de victoire à domicile avoisinait les 60 %, le pourcentage de victoire à l’extérieur était, lui de seulement 20 %. Ce décalage marquait l’impact qu’avait le terrain, les supporters, sur la décision finale d’une rencontre. Aujourd’hui, la meilleure qualité et la standardisation de la taille des terrains, l’amélioration de l’arbitrage – eh oui, que l’on soit pour ou contre la VAR, celle-ci à le même impact à domicile ou à l’extérieur, c’est-à-dire aucun – et les conditions de voyage plus confortables, ont incité le comité exécutif de l’UEFA à prendre cette décision qui révolutionne la sphère du football européen.

Une nouvelle ère commence

La nouvelle formule a dû être appliquée déjà trois fois cette saison en Ligue des champions lors des tours de qualification. Deux rencontres se sont terminées sur la victoire d’une équipe après prolongation. La saison passée, le match opposant le CFR Cluj et Borac Banja Luka aurait suffi aux Bosniaques d’atteindre le tour suivant avec une défaite à l’extérieur 3 buts à 1 et une victoire à domicile 2 buts à 0. En supprimant la règle du but marqué à l’extérieur et en disputant une prolongation qui s’est soldée sur le score de 2 buts à 1 en faveur des champions de Bosnie en titre, ce sont les Roumains de Cluj qui accèdent au tour suivant. Seul le match comptant pour le troisième tour des qualifications (opposant les Grecs de l’Olympiakos aux Bulgares de Ludogorets Razgrad) a abouti sur une séance de tirs aux but. En Ligue Europa également, lors du troisième tour de qualification, les Chypriotes d’Omonia Nicosie et les Estoniens de Flora Tallinn se sont départagés sur une séance de tirs aux but.

Alors que nous sommes seulement en phase de qualification, ces cinq rencontres auraient eues un destin tout autre la saison passée en appliquant la règle du but marqué à l’extérieur. À l’instar du quart de finale de la saison dernière entre le Paris Saint Germain et le Bayern de Munich, Les hommes de Mauricio Pocchettino n’aurait pas pu accéder aux demi-finales. Victorieux 3 à 2 à l’extérieur et défaits 1 à 0 à domicile, les Parisiens ont profité de l’avantage du but à l’extérieur. À partir de cette saison, cela ne suffira donc plus. Dorénavant, la stratégie des matchs retour sera nettement modifiée. Seule la performance sur le terrain décidera du vainqueur, fini les comptes d’apothicaire et l’objectif d’obtenir un score plutôt qu’une victoire.

Devant les conditions de jeu lors des deux dernières éditions, d’abord, le final 8 à Lisbonne en 2020, puis la saison blanche, sans supporters, à huis-clos cette année ont certainement pesés dans la balance lors de cette prise de décision.


Jérôme Duchemain est abonné à la revue After Foot.
commentaireCommenter