Les vérités que le monde du foot doit entendre

Ligue 1 à 18 : une chance pour la France Gratuit
Publié le 26 octobre 2021
Ligue 1 à 18 : une chance pour la France

Malgré les critiques, la Ligue 1 de football passera bien de 20 à 18 clubs à l’issue de la saison 2022-2023. Une décisions louée par Jean-Baptiste Jacquet, abonné à la revue After Foot.

La Ligue 1 de football passera de 20 à 18 clubs à l’issue de la saison 2022-2023. Certains sont pour, d’autres contre... je me range dans la première catégorie.

La saison 2022-2023 sera marquée par la Coupe du Monde au Qatar qui aura lieu en novembre, ce qui cassera les habitudes de la planète foot. Mais à l’issue de cette même saison, la L1 passera de 20 à 18 clubs. Exit les barrages, quatre équipes seront reléguées, deux monteront. Certains disent déjà qu’il aurait fallu différer ce changement d’une saison, compte tenu du fait que la Coupe du Monde se jouera en plein milieu. Je n’ai pas d’avis là-dessus, et ce n’est pas l’objet de mon article.

L’objet de cette contribution est de prouver que le passage à 18 clubs va constituer un bienfait pour la L1. Tout d’abord, parce que cela resserrera notre élite qui, à mon sens, ne mérite pas d’avoir 20 clubs, tant par la qualité de ses équipes que de son jeu. Je sais que cette année, il y a du mieux dans le jeu, et on ne va pas s’en plaindre, mais on ne peut pas bâtir une théorie sur un quart de saison, même si j’espère que cela va se poursuivre. Il y aura quatre journées en moins, et donc seulement neuf matchs au lieu de dix par journée... pas sûr que cela constituera une grosse perte. Pour ma part, je préfère une élite resserrée qu’un championnat trop éparpillé. Par contre, cela ne veut pas dire que le niveau de jeu sera meilleur pour autant, car avec 12 points en moins par an à prendre, il est possible que les équipes jouant pour le maintien aient encore plus peur, et bétonnent pour s’en sortir. Mais si la tendance actuelle se poursuit dans les années à venir, il n’y a pas de raison.

Ensuite, le fait de libérer quatre dates pourrait permettre le retour de la Coupe de la Ligue, tant appréciée par Gilbert Brisbois. Et on peut le comprendre : sur bien des aspects, la Coupe de la Ligue est plus intéressante à suivre que la Coupe de France. Le retour de cette coupe permettrait à nos équipes hexagonales de garnir leur palmarès, à condition que le PSG ne les gagne pas toutes.

Enfin, mathématiquement, j’estime que notre championnat n’a rien à faire avec 20 clubs. Le dernier est très souvent en retard sur ses camarades, et comme on ne peut pas avoir un championnat avec un nombre impair d’équipes, autant passer à 18. Voilà sur quoi je base mon dernier argument : La D1 est passée à 18 clubs entre 1997-98 et 2001-2002. Sur ces cinq saisons, le dernier a obtenu entre 28 et 31 points : 28 pour Cannes en 98 et pour Strasbourg en 2001, 29 pour Toulouse en 99, 31 pour Montpellier en 2000 et Lorient en 2002. Or, si vous prenez la saison 96-97 et les saisons 2002-03 à 2020-2021, dans plus de 50 % des cas, soit 10 fois sur 19, le dernier a obtenu moins de points à la fin du championnat que le dernier durant la période à 18 clubs, alors qu’il pouvait prendre 12 points de plus. Je mets à part la saison 2019-2020 qui a été tronquée par le Covid. Ainsi en 1997, dernière année avant le passage à 18 clubs, Nice avait seulement obtenu 23 points, 24 pour Metz en 2008, 26 pour Le havre en 2009, 23 pour Grenoble en 2010, 20 pour Arles-Avignon en 2011, 23 pour Ajaccio en 2014, 18 pour Troyes en 2016, 26 pour Metz en 2018, 27 pour Guingamp en 2019, 21 pour Dijon en 2021. Il est aussi arrivé cinq fois que le dernier, durant ces 19 années, ait autant de point que le dernier du championnat à 18 : 31 pour Troyes en 2003 et Montpellier en 2004, 29 pour Metz en 2006, 29 pour Brest en 2013, 29 pour Lens en 2015. Seulement quatre fois, le dernier fit mieux que son homologue durant les cinq années à 18 clubs : 32 pour Istres en 2005, 34 pour Nantes en 2007, Auxerre en 2012 et Bastia en 2017.

C’est pour toutes ces raisons, Mesdames, Messieurs, que je prône un retour d’une Ligue 1 à 18 clubs.



Supporter de l'OM, Jean-Baptiste (35 ans) habite aujourd'hui à Lyon et officie en tant que chargé de rédaction. Il est aujourd'hui abonné à la revue After Foot.
commentaireCommenter