Les vérités que le monde du foot doit entendre

La Ligue 1 « Résurrection » ! Gratuit
Publié le 27 décembre 2021
La Ligue 1 « Résurrection » !

Derniers jours de fin d’année, mi saison 2021-2022, période si propice aux constats, analyses et projections. Pourtant, mettre en application ceci au sujet de notre Ligue 1 n’est pas chose aisée.

Un leader assuré de son titre, des poursuivants avec une moyenne de points très faible, un record de buts à date, un nivellement des niveaux des équipes permettant à toutes d’avoir un enjeu et presque à l’ensemble de susciter un intérêt ou encore une première place à l’indice UEFA. !

Rarement il nous aura été proposé un tel tableau provoquant autant d’appréciations différentes à mi- saison.

« Le niveau est nul », « une journée incroyable encore », « tu as vu le nombre de buts », « le niveau des défenses est faible », « on performe en Europe », « attend de rencontrer des adversaires sérieux ».

Prenons le sujet des performances européennes, c’est assez incroyable on passe de la risée au numéro 1 mais on est les premiers à être rabat-joie, Lille passe avec peu de points, Paris fait deuxième, L’OM est incapable de marquer et de se maintenir en Europa, Rennes ok mais rappelle-moi le nom de la compétition, t’as vu le niveau d’adversité en face de l’OL et Monaco ? On a beau revenir de si loin, d’avoir battu le record du nombre de défaites consécutives en Ligue des Champions, de regarder systématiquement des équipes telles Séville et Villareal, pourtant à notre portée sur le papier performer plus que nous ; avoir été défait hier par ces clubs qu’on juge inférieurs aujourd’hui, on dévalorise malgré tout le début de saison de nos européens.

Pour autant on se dira que c’est terriblement français de se discréditer dans le sport, mais alors anticiper d’une part nos performances et d’autre part le fait que même au niveau européen, on les passerait au second plan, c’était une couche d’inattendue supplémentaire.

Il semble qu’il y ait un courant à la mode, le contre-courant exacerbé, en gros de faire genre « ouais, non, pas ouf ».

Dans tel cas, retour sur nos terres, qu’elles étaient les plaintes et où en sommes-nous ?

Tu enlèves deux ou trois équipes et le Championnat est nul, on a la pire moyenne de buts sur les big 5, les équipes proposent toutes le même jeu, les individualités ne sont pas à leur niveau !

Paris, très bien, ça propose aucun jeu seul le niveau de points est impressionnant, certes les équipes sont irrégulières mais voir Monaco revenir, découvrir le style Sampaoli, les Lensois plus ou moins confirmer, Nantes respirer, Strasbourg s’embellir, Rennes s’affirmer, Montpellier surprendre, Angers se distinguer, Lille se reprendre, c’est plutôt pas mal non ? Lyon suscite un intérêt aussi, tant il est un cas passionnant à analyser, tels ceux de Bordeaux et de Saint Etienne pour diverses fortunes, même un Clermont possède au moins un Bayo !

Le tout nous proposant une variété jeu rarement vue, un nombre de buts records et garantissant un attrait rarement autant décentralisé et étendu donc sur tant d’équipes.

Si nous ne sommes pas les premiers à nous mettre en valeur, qui le fera pour nous ? Ne serions-nous pas dans une sorte d’auto-critique exagérée ? Là où nous disposons d’un ensemble d’arguments rarement vus dans notre passé proche pour valoriser notre championnat et les équipes qui le composent tout comme les joueurs dont on dispose ; c’est comme si on nous avait tellement dit qu’on était les plus nuls, qu’on pensait l’être pour toujours !

Renaud Badina (35 ans), passionné de football depuis ses premiers souvenirs et abonné à la revue After Foot.

commentaireCommenter