laRevue
Amérique du Sud
Amsud, le foot indigène Abonnés
Amsud, le foot indigène

L’Amérique latine est la région du monde où la passion pour le football est la plus exacerbée. Point commun à tous ses pays, le football y est constitutif de l’identité nationale, à la fois héritage historique et culturel et lien indéfectible avec les origines.

Quand vous entrez dans un stade latino-américain, que ce soit pour un match de championnat ou, mieux, pour un clásico, le même processus se déclenche. D’abord, vos yeux s’activent devant les tribunes qui se remplissent, puis s’embrasent, faisant voler papelitos et feux d’artifice. Ensuite, vos oreilles sont noyées sous le son des pétards, les chants, le bruit des pas qui retombent en cadence avec tambours et trompettes. Enfin, le toucher, les vibrations des tribunes, le sol qui semble se dérober sous vos pieds. Ce tourbillon des sens vous emporte, l’émotion est physique, votre conception du football ne sera jamais plus la même, balayée par la passion. On ne rationalise pas l’émotion, mais un élément, commun à tous les pays latino-américains, la nourrit, lui sert de terreau : la construction d’une identité nationale.

Ciment de la nation

Pour bien comprendre ce dont il est question, il faut s’éloigner des discours français, qui font de l’identité nationale un moyen d’exclure plutôt que de réunir. Il s’agit ici de solidifier les liens entre membres d’une même nation, et le football joue un rôle central. Nombre de pays latino-américains ont acquis leur indépendance au XIXe siècle, au moment où le football y était importé par des migrants. Contrairement à ce que prétendent les mythes modernes, le football a été créé par les riches, les élites, puis volé par les pauvres, le peuple, qui y ont vu une façon de s’émanciper, entraînant avec eux une nation entière.

Chaque pays a ainsi acquis son indépendance et développé en même temps son football, son identité. « Les footballeurs inventaient leur langage dans ce minuscule espace où la balle n’était pas frappée mais retenue et possédée […] et dans les pieds des premiers virtuoses sud-américains naquit le toucher », écrit Eduardo Galeano dans El Fútbol a sol y...

Contenu réservé aux abonnés

83 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire