la revue
Religion
Au nom des Frères, du Foot et du Saint-Esprit Abonnés
Au nom des Frères, du Foot et du Saint-Esprit

À la fin du siècle dernier, les Coupes d'Afrique des nations étaient l'occasion de colporter, sourire en coin, des histoires de marabouts et de rituels exotiques. Aujourd'hui, sur les terrains, c'est la religion qui s'exprime.


Ce 3 février 2022, à 22 h 36, l'Égypte et le Cameroun s'apprêtent à sceller le sort de leur demi-finale de la CAN aux tirs au but. Les Camerounais joignent leurs mains pour prier le dieu des chrétiens. Les Égyptiens posent leur front sur la pelouse pour le sujud et implorent les grâces du dieu des musulmans. Tout au long de cette 32e Coupe d'Afrique des nations, les prières en public, chrétiennes comme musulmanes, ont ponctué les matchs. Il y a une vingtaine d'années que, dans les vestiaires, les marabouts et les féticheurs ont cédé la place aux imams, aux prêtres et aux pasteurs. Les religions ont pris le pas sur les croyances. Et ça se voit. Au Cameroun, plus que jamais auparavant, la compétition a tracé une ligne entre les deux grandes religions du continent, le christianisme et l'islam.

Pourquoi l'animisme, ce terme générique popularisé par les colons blancs au début du XXe siècle, leur a-t-il laissé cette place en mondovision ? L'historien des religions Jean-François Colosimo a un début de réponse : « Depuis le début des années 1980, le salafisme d'une part, l'évangélisme de l'autre ont pris une dimension très importante en Afrique. Dans les deux cas, ce sont des écoles de piété qui créent une proximité entre le croyant et son dieu et récompensent la prière. Dès lors, un match de football, comme toutes les épreuves de la vie, est un jugement de Dieu. Gagner ou perdre est presque décorrélé de la valeur technique des joueurs, qui compte bien moins que la piété des hommes. »

Claude Le Roy connaît l'Afrique comme personne. En trente-sept ans, il a été sélectionneur, entre autres, du Cameroun, du Sénégal, du Congo, du Ghana et du Togo. « J'ai toujours connu les prières avant les entraînements ou avant les matchs,...

Contenu réservé aux abonnés

81 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire