laRevue
Foot allemand
Au pays des hommes en rouge Abonnés
Au pays des hommes en rouge

Mal en point, le 1.FC Kaiserslautern est un traditionsverein, un club historique de la Bundesliga, qui végète en 3e division. En Rhénanie-Palatinat, aux lendemains qui chantent, on préfère le passé qui rassure, dans le souvenir du grand Fritz Walter et des héros du Miracle de Berne.

On fait parfois de drôles de rencontres en payant sa place de parking à l’horodateur. Surtout dans la Bismarckstrasse, à Kaiserslautern, haut lieu du souvenir pour les passionnés de foot allemand. Devant le parcmètre, un homme s’approche et dit, devinant la raison de notre regard curieux vers une maison d’angle, Bismarckstrasse 24 : « Eh oui, c’était là… » Il s’appuie sur une canne et avance difficilement. Mais il prend le temps de se retourner pour regarder dans la même direction, en silence. Une plaque commémorative jouxte l’entrée d’un restaurant désaffecté : « Ici naquit et vécut Fritz Walter (1920-2002), champion du monde 1954 et champion d’Allemagne avec Kaiserslautern en 1951 et 1953. » Derrière ses volets clos, la bâtisse rose pâle ressemble à une résidence secondaire au mois de septembre. Il y a quelques années, on servait encore à manger dans cette « stammhaus ». Aujourd’hui, la maison est sans vie. Avant de franchir la porte de la brasserie située de l’autre côté de la rue, le vieil inconnu dit : « Moi, j’étais gardien de but. J’ai joué avec les frères Walter. » L’information est invérifiable, mais on le croit sur parole.


L’équipe allemande célèbre sa victoire face à la Hongrie (3-2) lors de la Coupe du monde 1954. De gauche à droite, debout puis assis : Fritz Walter, Helmut Rahn, Jupp Posipal, Horst Eckel, Werner Liebrich, Ottmar Walter, Hans Schaefer, Max Morlock, Karl Mai, Anton Turek (gardien), Werner Kohlmeyer. Parmi eux, quatre joueurs de Kaiserslautern.
L’équipe allemande célèbre sa victoire face à la Hongrie (3-2) lors de la Coupe du monde 1954. De gauche à droite, debout puis assis : Fritz Walter, Helmut Rahn, Jupp Posipal, Horst Eckel, Werner Liebrich, Ottmar Walter, Hans Schaefer, Max Morlock, Karl Mai, Anton Turek (gardien), Werner Kohlmeyer. Parmi eux, quatre joueurs de Kaiserslautern.


À une heure et demie de Metz, Kaiserslautern est une ville de province sans problème, hiératique, bourgeoise, un brin rigide et sage comme sa voisine française. Les rues sont propres et semblent toujours désertes. Ici, on paie son parking et on vit dans le souvenir d’une autre époque. En France, on connaît...

Contenu réservé aux abonnés

76 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire