laRevue
États-Unis
Aux USA, le football reste américain Abonnés
Aux USA, le football reste américain

Même s’il gagne du terrain et des parts de marché aux États-Unis, le soccer est encore loin des trois sports principaux, football US, basket et baseball. Il ne serait pas constitutif de l’identité américaine.

Certains historiens avancent l’hypothèse selon laquelle, dans toute société, « l’espace sportif » est limité et qu’une fois cet espace occupé par un sport, il est difficile pour les autres d’y exister. Aux États-Unis, le succès du base-ball et du football américain au début du XXe siècle y aurait ainsi évincé notre football, éviction favorisée par le désir du pays de se détacher de la culture anglaise. D’autres préfèrent voir dans la suprématie du football américain sur le soccer l’expression d’une norme sociale, la traduction d’un certain amour du laisser-faire, où l’État n’a pas sa place : le football américain serait moins contraignant.

Au commencement, tout semble pourtant favorable à l’implantation du foot aux USA. Entre 1870 et 1890, 1,7 million de Britanniques traversent l’Atlantique, au moment même où le football se sépare du rugby. Étant donné les liens culturels et commerciaux entre les deux pays, les Américains ont coupé la poire en deux. Ils pratiquent un football dont les règles oscillent entre les deux sports : c’est ce jeu qui correspond aujourd’hui au football américain.

Initialement, du côté de l’Angleterre, le rugby football est surnommé « rugger », tandis que l’association football est appelée « soccer » (diminutif de assoccer). Les deux pratiques vont devenir le rugby et le football. Pour distinguer le football américain du football anglais, les pratiquants, observateurs et journalistes décident alors de retenir le terme argotique du second : le football tel que nous le connaissons en Europe est baptisé soccer en Amérique du Nord. Le soccer aux États-Unis a donc une longue histoire. La Fédération américaine de football (United States Soccer Federation) est fondée en 1913. Elle adhère à la FIFA un an plus tard.

Les Américains sont présents à la première Coupe du monde de 1930, en Uruguay, à la seconde de 1934,...

Contenu réservé aux abonnés

81 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire