la revue
Corse
Bastia, la quête corse Abonnés
Bastia, la quête corse

Du Sporting, il ne restait en 2017 que le stade Furiani et ses supporters. Devenus des socios, ils ont permis de relever le club, nous raconte Luc Dayan, pour qui les supporters peuvent être l’atout numéro un pour le relancer. Bastia, un exemple à suivre ?

Août 2017. Le Sporting Club de Bastia s’écroule. Après des années d’une gestion qu’on qualifiera, pour ne vexer personne, d’opaque, il est rétrogradé en National 3 par la FFF et la LFP. Le plus grand club corse doit repartir de zéro et trouver les ressources humaines et financières pour recommencer au niveau amateur. Pour pouvoir, aussi et le plus vite possible, proposer le rêve d’une remontée au plus haut niveau professionnel.

À l’époque, la situation est claire : la Société anonyme sportive professionnelle (SASP) a déposé le bilan, avec un trou estimé à plus de 25 millions d’euros. Appelé par les nouveaux dirigeants, soucieux de vite se relever, je me rends en Corse en urgence pour tenter d’apporter mon concours à cette reconstruction.

Le bilan est rapide. Du Sporting, il ne reste, mais c’est déjà pas mal, que l’association support, le stade Armand-Cesari de Furiani et les bâtiments du centre de formation. Il y a également, et c’est un apport pas toujours simple à quantifier ou apprécier en termes économiques, des supporters très attachés à leur club et soucieux, eux aussi, de s’impliquer dans son sauvetage. Ces supporters ont muté, pour devenir des socios. Après la faillite, certains d’entre eux ont en effet, très rapidement, entamé une démarche visant à récolter des fonds. Les élus (la ville de Bastia, la collectivité régionale) se sont mobilisés, aux côtés de sponsors historiques et de dirigeants courageux.

« L’HEURE DE LA MOBILISATION »

Le traumatisme est profond, la colère grande. Comment expliquer qu’en ayant joué en Ligue 1, contrôlé par la Direction nationale du contrôle de gestion (DNCG), le club en soit arrivé là ? Comment faire pour recréer les conditions d’un projet sportif cohérent, ambitieux et durable, alors que les joueurs ont, pour la plupart, quitté le navire en perdition ? Le...

Contenu réservé aux abonnés

76 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire