la revue
entretien
Claude Le Roy : "Le football ne fait pas gagner une élection" Abonnés
Claude Le Roy : "Le football ne fait pas gagner une élection"

Claude Le Roy, c’est trente-cinq ans d’expérience sur les bancs de touche, dix sélections entraînées et un palmarès unique. En fin connaisseur de l’Afrique et de sa géopolitique, il raconte ses relations avec les chefs d’État de ces pays où politique et football sont intimement liés.


AFTER FOOT : Considérez-vous que, dans le foot, tout est politique ?

Claude Le Roy : À partir du moment où il y a une politique du sport, tout est politique. Le foot est culture, donc le foot est politique. D’ailleurs, ça me surprend toujours quand la FIFA met au ban des fédérations pour cause d’interventions politiques, alors que la première préoccupation de son président, Gianni Infantino, quand il se rend quelque part, est de rencontrer le chef de l’État du pays concerné. Avant même de savoir quel est le nom du président de la fédération locale de foot ! C’est d’un grotesque invraisemblable. La seule quête d’Infantino, c’est de rencontrer des chefs d’États. Blatter était plus bonhomme et ne cherchait pas à traiter avec eux d’égal à égal. Récemment, Patrice Motsepe, le président de la Confédération africaine de football (CAF), est allé au Cameroun pour inspecter un stade. Il a aussitôt demandé à voir le chef de l’État, Paul Biya, qui a refusé, lui faisant savoir qu’on ne le convoquait pas de la sorte.


AF : En Afrique, le football est-il plus politique qu’ailleurs ?

Claude Le Roy : Je ne sais pas s’il faut poser la question comme ça. On ne réalise pas, en France, à quel point une sélection, c’est le patrimoine national. En France, on aime ou on n’aime pas le foot, on est plus ou moins intéressé et ça s’arrête là. Moi, je suis en Afrique depuis quarante ans et j’ai visité les cinquante-quatre pays du continent. Je peux dire que personne n’y est indifférent à son équipe nationale, y compris les expatriés sur plusieurs générations. C’est le seul creuset fédérateur, un des rares secteurs de la société où il y a toujours consensus.


AF : Qu’attendent les chefs d’États africains de leur sélection nationale...

Contenu réservé aux abonnés

78 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire