la revue
football professionnel
Clichés ou véritables identités de jeu ? Abonnés
Clichés ou véritables identités de jeu ?

Les Anglais sont bons de la tête, surtout sous la pluie, les Allemands un peu bourrins et disciplinés, les Brésiliens forcément beaux, les Italiens truqueurs… Dans le foot des années 1970 et 80, les clichés étaient constitutifs d’une identité aux traits grossiers. Retour sur un foot pas encore globalisé et qui avait du style.

«Le jeu anglais est fait pour les durs. Tous les bons avants-centres ont le nez cassé, les pommettes et les arcades sourcilières éclatées » : la réflexion est signée Ian Branfoot, coach de Southampton, en 1994. « La possession de la balle n’est pas un enjeu », complétait son illustre collègue Bobby Robson. En deux citations, Yves Bigot synthétisait dans son livre Football (éd. Grasset, 1996) THE stéréotype anglais, encore vivace aujourd’hui : le kick and rush. Du jeu long, aérien, direct, avec coup de boule dans la boîte d’un numéro 9 balèze et reprise en second ballon sur des pelouses pourries. Yves Bigot recensait d’autres clichés. Sur la flamboyance de la Seleção brésilienne, forcément solaire : « Le joueur brésilien a le sens du spectacle chevillé à l’âme comme au corps. Il accumule les exploits d’abord pour le plaisir. » Le foot italien en prenait pour son grade, dans un chapitre sur l’arte della comedia, qui stigmatisait les qualités de truqueur des footballeurs transalpins, repliés sur leur catenaccio pour préserver un court avantage, acquis après un contre assassin. Évoquant Séville 1982, l’auteur décrivait la Mannschaft façon Grosse Bertha, « solidaire, efficace, déterminée » et portée par l’entrant Rummenigge, « chevalier teutonique, survolté par sa mission impossible ».



C’est à la fin des années 1970, avec la séquence des buts étrangers sur Stade 2, que ces stéréotypes sur le foot international se sont ancrés en nous, Français. Thierry Roland y commentait les buts anglais, en effet souvent marqués de la tête sur des terrains détrempés, ou les mines de 25 mètres de la Bundesliga, avec un accent de Papa Schultz : « Ach ! Kolossale vrappe de mule de Magath ! » L’impayable Thierry n’avait pas fait les voyages pour rien : « Le Bulgare est truqueur », énonçait-il lors...

Contenu réservé aux abonnés

86 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire