la revue
Supporters
Comment améliorer la gestion des tribunes ? Abonnés
Comment améliorer la gestion des tribunes ?

Les politiques se saisissent du moindre incident en tribune pour proposer de durcir les lois sur les supporters de football. Alors que l’arsenal existant, l’un des plus sévère d’Europe, est largement suffisant.


Depuis les graves incidents du match PSG-Caen, en août 1993, à chaque nouveau débordement en tribune revient la même question : faut-il changer la loi ? À défaut d’améliorer leur action sur le terrain, les autorités ont souvent choisi d’alourdir l’arsenal répressif et préventif, soit pour donner le sentiment d’agir, soit pour déléguer une partie de leur mission à d’autres. À cet égard, les échauffourées qui ont terni le début de la saison dernière ont ouvert une séance politique inédite : le gouvernement et les instances du football ont admis, avec clairvoyance, que les acteurs de la sécurité des rencontres sportives disposaient désormais de tous les outils nécessaires (1.), mais qu’il convenait enfin de mieux les utiliser (2.).

1. Un arsenal bien suffisant…

L’arsenal législatif existant est probablement le plus complet d’Europe en ce qu’il combine mesures individuelles et collectives, mesures de sanction et de prévention et mesures à la main de l’autorité judiciaire, des préfets et des acteurs sportifs.

... composé de mesures individuelles…

Il existe quatre types de mesures individuelles : trois permettent de cibler les supporters, une de sanctionner les clubs.

D’abord, la mesure de principe : créée en 1993, l’interdiction judiciaire de stade (IDS) est une sanction pénale que prononce le juge lorsqu’un supporter a commis certaines infractions lors d’une rencontre sportive. Cette mesure est décidée à l’issue d’un procès, en complément d’une amende ou d’une peine de prison. D’une durée maximale de cinq ans, elle est en théorie accompagnée de l’obligation, pour le supporter, de pointer au commissariat à chaque rencontre disputée par son équipe. C’est la seule mesure de sanction individuelle qui existe contre les supporters.

En 2006, le législateur a créé une mesure de police administrative : l’interdiction administrative de stade (IAS). Elle permet à un préfet d’interdire de stade un supporter dont...

Contenu réservé aux abonnés

84 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire