laRevue
COPE vs SER, voyage au bout de la noche Abonnés
COPE vs SER, voyage au bout de la noche

Il est 23 h 30, l’After boucle sa quatrième et dernière heure d’émission quand, sur la bande FM, de l’autre côté des Pyrénées, El Larguero, de la SER, et El Partidazo, de la COPE, s’échauffent à peine. Le match du jour est terminé, mais un autre commence, qui se joue depuis près de quarante ans entre les deux antennes. Récit d’un duel nocturne où tous les coups sont permis.


Je vous parle d’un temps que les moins de trente, voire quarante ans ne peuvent pas connaître. D’un temps où une radio démarrait ses émissions de foot à minuit pile et les terminait… quand les présentateurs voulaient bien lâcher le micro. C’est la fin des années 1980, l’Espagne a fait son entrée dans l’UE, Franco est un souvenir récent, mais un souvenir tout de même, la movida s’essouffle et se caricature, la « Quinta del buitre » madrilène de Butragueño domine le championnat et Cruyff commence à composer sa dream team.

Sur les ondes, un homme écrase la concurrence, de tout son poids : chaque soir, sur Antena 3 Radio, José María García fait trembler les puissants. Il attaque les joueurs, les présidents, les ministres même, et dit détenir la vérité. Ce vieux briscard est un spectacle à lui tout seul. Il n’a besoin de personne, pas même de collaborateurs, forcément moins bons que lui. Il est colérique, impatient, tatillon, impressionnant. Son pouvoir est tel que le contrat de Hugo Sánchez avec le Real Madrid est signé dans son bureau, que l’entraîneur de Valladolid, Vicente Cantatore, est viré en direct à son micro. Le nom de l’émission dit tout : Super García. Son générique, Love Song, des Simple Minds, électrise dès la première seconde. Son « saludos cordiales », lancé à minuit, est sa signature. Cordiales salutations. C’est désuet, mais ça fait son effet.

La cible favorite de García n’est ni un club, ni un joueur, ni un président, mais un groupe de communication, le groupe Prisa, propriétaire de la SER, qu’il a en horreur. Lorsque « l’empire SER », comme il le surnomme, rachète Antena 3, García ne peut rester. En 1992, il fait ses bagages et emmène ses auditeurs sur la radio de l’Église, la COPE. Pour sa...

Contenu réservé aux abonnés

84 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire