laRevue
Religion
Du terrain à la Torah Abonnés
Du terrain à la Torah

Quand j'appelais l'After en 2006 en sortant du Parc des Princes, je ne m'imaginais pas que quinze ans plus tard, je discuterais foot au quotidien avec Gilbert et Daniel. À RMC depuis 2016, dans la rédaction, en régie ou en studio, je parle ballon à longueur de journée. Je suis ce que Gilbert appelle « un enfant de l'After ».


Guy Alliel est né le 24 avril 1967, à Lyon, dans une famille juive où la religion n'occupait pas une place prépondérante. « Je n'ai pas grandi dans un milieu religieux, confirme-t-il. Ma famille était traditionaliste, respectait les grandes fêtes, mais sans plus. »

Guy Alliel du temps de l'Olympique lyonnais.
Guy Alliel du temps de l'Olympique lyonnais.

Chez les Alliel, le football est autrement plus important. Guy y a été initié dès son plus jeune âge par son père et ses deux frères, mordus de ballon rond, liés tous trois au club de La Duchère. Son père y est dirigeant et ses deux frères y jouent. C'est donc tout naturellement que le jeune Alliel y fait ses gammes, couvé par les siens. En 1982, à la suite d'un stage de détection organisé par l'Olympique lyonnais, tout s'accélère. « C'était un véritable parcours du combattant, se souvient-il, un stage avec les meilleurs jeunes de la région. Je m'en suis sorti et suis entré comme stagiaire à l'OL, à 15 ans. »

La suite est classique. À l'aise sur tout le front de la défense, avec une préférence pour le poste de latéral droit, il fait toutes les équipes de jeunes, jusqu'à la division d'honneur régionale (DHR), à 17 ans, avec la 3e équipe du club. Là, il prend son envol. L'année suivante, il décroche son bac et, en parallèle, continue de flamber en honneur régionale. Responsable du centre de formation lyonnais, José Broissart le fait monter en équipe B, jouer un match de 3e division. Guy Alliel s'adapte très bien. Il répond aux attentes. Il décide d'arrêter ses études, signe son premier contrat de stagiaire professionnel et entre au centre de formation.

Il y grandit aux côtés de Rémi Garde, Bruno N'Gotty, Pascal Fugier ou Bruno Genesio. Il poursuit son évolution, tandis qu'en 1987, un jeune inconnu...

Contenu réservé aux abonnés

80 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire