laRevue
Foot allemand
Et si le foot devenait supranational ? Abonnés
Et si le foot devenait supranational ?

En l’absence de régulation, « l’archipélisation » du football européen est entrée en phase terminale. Des aires d’influence culturelles, linguistiques ou topographiques sont-elles la parade ? Exemple avec le triptyque Allemagne-Autriche-Suisse.

C’était il y a près de dix ans déjà. Alors président du Standard de Liège, Roland Duchâtelet réclamait la création d’une Beneliga, un championnat regroupant l’élite belgo-néerlandaise : « Anderlecht, Bruges, l’Ajax et le PSV Eindhoven sont d’accord. » En 2021, les clubs du Plat Pays ont franchi le pas, acceptant à l’unanimité le principe de la fusion. Aux Pays Bas, on est plus sceptique. On évoque la perte d’identité de l’Eredivisie, basée sur la jeunesse et un football attrayant. Derrière la volonté de rapprochement, se cache la question de la rentabilité économique, défaillante, de l’ultradomination d’un club ou de la vacuité du traitement médiatique de certaines zones géographiques.

Face aux cris d’orfraie poussés par les plus hostiles au changement, se dresse une réalité, la supranationalité : digne représentant du Liechtenstein dans l’élite suisse, le FC Vaduz vient d’être relégué ; en 2017, à l’occasion du transfert du Français Bafetimbi Gomis, une bévue sur Twitter a rappelé que Swansea n’était pas en Angleterre, mais au Pays de Galles ; et jusqu’à preuve du contraire, si l’AS Monaco évolue en Ligue 1, le club n’est pas pour autant hexagonal. Les polémiques, le bras de fer et l’accord résultant de son statut fiscal particulier sont dans toutes les mémoires.

Une interview récente de l’ancien dirigeant de l’UEFA, Alex Phillips, parue dans le média en ligne SportBusiness, a retenu l’attention : « Lorsque l’Étoile rouge de Belgrade a gagné la coupe d’Europe, en 1991, les championnats de Yougoslavie et d’Union soviétique étaient extrêmement puissants. Mais ils sont maintenant éclatés en 22 compétitions nationales. Les clubs ne peuvent plus supporter la comparaison avec ceux de l’Europe de l’Ouest, dont les revenus liés aux droits TV ont explosé à partir des années 1990. Dans les zones où il y a une logique géographique et culturelle,...

Contenu réservé aux abonnés

78 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire