laRevue
Économie
FC Bourse 1 : AS Résultats 0 Abonnés
FC Bourse 1 : AS Résultats 0

Dans un football mondialisé, il est difficile d’imaginer une équipe compétitive sans actionnaire généreusement doté. C’est un fait : depuis 2010, tous les finalistes de la Ligue des Champions affichent un chiffre d’affaires supérieur à 300 millions d’euros. Cette compétition ressemble donc de plus en plus à un « carré VIP » avec un ticket d’entrée en dessous duquel vous ne pouvez pas nourrir l’espoir de briller.

Avant l’arrêt Bosman, la Ligue des champions proposait aux amoureux de football des oppositions de style, le catenaccio italien, le football total néerlandais, le kick and rush britannique… Désormais, on assiste à des matchs entre puissances financières. Pour soutenir une course à l’armement, avec des transferts et des salaires toujours plus onéreux, l’actionnariat des clubs a évolué, s’internationalisant et se financiarisant de plus en plus. On ne compte pas moins de 40 clubs européens détenus par des investisseurs ou fonds américains. Seulement en France, la situation est peut-être plus complexe qu’ailleurs, évidemment du fait de notre rapport à l’argent si spécifique, mais aussi de par la nature des nouveaux investisseurs dans notre football. Car c’est un autre triste héritage de l’affaire Mediapro. La supposée hausse des droits TV a eu pour effet d’attiser l’appétit de financiers qui ont vu dans la Ligue 1 l’opportunité de faire de belles plus-values. En cinq saisons, des clubs comme Bordeaux, Caen, Lille, Marseille, Nice, Toulouse ont changé de mains et de nationalité. Malheureusement, pour ces néopropriétaires, le fiasco de Téléfoot la chaîne (et le manque à percevoir qu’il engendre) vient contrarier le plan d’un autofinancement et leurs ambitions sportives.

Pire, comme la Covid-19 a conduit le gouvernement à imposer les huis clos, la plupart des clubs sont sous perfusion financière des propriétaires. En 2019, le total des comptes courants d’actionnaires s’élevait à 641 millions d’euros.



La seule alternative est le mercato, pilier spécifique du modèle économique du football français. Guy Roux en avait fait sa martingale mais avec la crise du coronavirus, même les clubs de championnats plus fortunés souffrent. Il est difficile dans ces conditions de vendre suffisamment cher pour avoir les moyens de compenser le départ des bons joueurs. Les dirigeants des clubs sont donc face à un dilemme : être sportivement...

Contenu réservé aux abonnés

67 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire