laRevue
football professionnel
Giovanni Carnevali «À Sassuolo, on détecte les talents avant les grands clubs» Abonnés
Giovanni Carnevali «À Sassuolo, on détecte les talents avant les grands clubs»

Du beau jeu et des résultats : l’équipe de Sassuolo, invitée surprise du championnat italien, a trouvé la martingale, faite de jeunesse et d’imagination. Giovanni Carnevali a confié à l’After quelques-uns de ses secrets.


Aux confins de la province de Modène, un village d’irréductibles sème la zizanie en Italie. Sassuolo a rejoint la Serie A il y a neuf ans. Depuis, le club est le poil à gratter du championnat transalpin. On ne compte plus les équipes ayant perdu des points face aux neroverdi, celles qui ont souffert de leur beau jeu spectaculaire. Sous l’égide d’Eusebio Di Francesco, puis de Roberto De Zerbi et d’Alessio Dionisi, le club d’Émilie-Romagne, fondé en 1920, s’en est fait une spécialité. Ces entraîneurs ont aussi été recrutés pour leur capacité à faire progresser les jeunes joueurs. Du jeu et des jeunes, l’ADN de Sassuolo.

Tout bascule en 2002, quand Giorgio Squinzi, héritier de l’entreprise Mapei, sponsor jusque-là connu pour ses activités dans le cyclisme, rachète Sassuolo et décide d’en faire un club qui compte. Pas question pour autant de l’arroser de millions d’euros. Le club doit grimper les échelons sans dopage financier. Vingt ans après, le pari est réussi. Le club s’est installé confortablement en Serie A et a mis en pratique son modèle de développement, devenu une référence pour les autres clubs italiens.

À travers des joueurs ou entraîneurs comme Roberto De Zerbi, Manuel Locatelli, Davide Frattesi, Matteo Politano, Eusebio Di Francesco, Jérémie Boga, Maxime Lopez ou Giacomo Raspadori, Sassuolo existe désormais sur la carte du football italien. Mieux, il fait la leçon sur le jeu et sa capacité à faire émerger les talents de demain, capables d’aller gagner à San Siro contre l’Inter et le Milan ou à l’Allianz Stadium face à la Juve. Rencontre avec l’administrateur délégué de Sassuolo, Giovanni Carnevali. Il est chargé de mettre en musique au quotidien les valeurs du club.

After Foot : Les nouveaux propriétaires de la Salernitana et du Genoa citent Sassuolo en exemple. Votre club est-il devenu un...

Contenu réservé aux abonnés

88 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire