la revue
Guerre du foot
Honduras Salvador la guerre du foot Abonnés
Honduras Salvador la guerre du foot

En juin 1969, dans le cadre de la qualification à la Coupe du monde 70, le Honduras et le Salvador s’affrontent à plusieurs reprises. Mais les deux voisins d’Amérique centrale s’écharpent sur le terrain politique et la tension monte dans les tribunes et en dehors. C’est la tristement célèbre « guerre du football ».


Si aucune partie de ballon rond n’avait eu lieu en ce mois de juin 1969, une autre étincelle aurait à coup sûr été trouvée pour déclencher les hostilités »(1) :

ce constat, signé José M. Delgado, recteur de l’université de San Salvador, dit dans quel contexte brûlant se déroulent les matchs entre le Honduras et le Salvador en ce mois de juin 1969. Le football est un prétexte pour déclencher le terrible conflit à venir entre le Honduras et le Salvador. Les deux pays partagent la même culture, les mêmes couleurs (leurs deux drapeaux sont bleu et blanc) et la même langue, mais leurs gouvernements attisent les braises nationalistes pour éclipser leur déroute économique. Comment des matchs de football, fêtes populaires avant tout, ont-ils dégénéré en guerre fratricide ? Pour y répondre, il faut se plonger dans l’histoire.

Les deux pays ont obtenu leur indépendance le même jour, le 15 septembre 1821. Dans les années 1960, ils prennent des chemins différents. La question démographique, notamment, détériore leurs relations. Le Salvador, au sud, est l’un des plus petits pays d’Amérique centrale. Il compte près de 4 millions d’habitants à l’époque, soit 200 au km². Le Honduras, au nord, compte 3 millions d’habitants pour une surface de 120 000 km², soit 25 habitants au km². La population salvadorienne est si concentrée qu’une partie émigre vers les terres honduriennes. En 1969, quelque 300 000 Salvadoriens, soit 10 % de la population hondurienne, exploitent les champs de leurs voisins. Cet exode est dû à une répartition des terres très inégale au Salvador, comme d’ailleurs, nous le verrons plus loin, au Honduras. Le Salvador est contrôlé par un régime oligarchique, aux mains des « 14 familles » : 2 % des habitants possèdent plus de 60 % des terres. La forte immigration fait dire au...

Contenu réservé aux abonnés

80 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire