laRevue
identité
Identité Football Club Abonnés
Identité Football Club

Le quartier. Ne pas oublier d’où on vient, la règle d’or du joueur de foot. Les quartiers, les banlieues au sens large, ce réservoir immense dans lequel naît la grande majorité de nos joueurs. À l’instar de ce qui se passe aux USA avec les joueurs NBA, depuis deux décennies, notre football vit à l’heure d’une forme de ghettoïsation. Suffisant pour dessiner une identité commune ?

Hannibal Mejbri est un jeune joueur de dix-huit ans. Né à Ivry-sur-Seine, il a rejoint à dix-sept ans les équipes de jeunes de Manchester United. Avant de partir en Angleterre, il avait fréquenté le Centre technique national de Clairefontaine. Il a porté le maillot bleu avec les U16 et U17. En mai 2021, il a joué son premier match avec les pros à Manchester. En conférence de presse, Mejbri a annoncé qu’il renonçait à l’équipe de France au profit de la Tunisie, le pays de ses parents. Il a justifié son choix en disant que, pour eux, c’était comme un cadeau. Très fière, sa maman a approuvé : « C’est son cœur qui a parlé. »

Loin de moi l’idée de sonder les cœurs, mais la fierté du maillot a évolué. Pour les parents de Raymond Kopa, Michel Platini, Luis Fernandez ou Zinedine Zidane, la fierté, c’était que leur fils revête le maillot bleu. C’était la preuve de leur assimilation, a minima d’une intégration réussie.

Repli sur soi

Les mentalités ont changé. L’identité est devenue un concept mouvant. Les politiques de promotion de la diversité, la vaine lutte contre le communautarisme ont fait reculer l’idée d’appartenance à la nation. Se sentir français ? Pour quoi faire ? La mondialisation nous a placés sur le chemin de la société multiculturelle. Une société qui, paraît-il, promet de bien « vivre ensemble ». Elle semble pourtant ne déboucher, au contraire, que sur le morcellement et le repli sur soi.

Personne ne connaît Hannibal Mejbri. Il n’est pour l’instant qu’un symptôme, l’expression d’une tendance. Le morcellement de la société française a accouché d’un « archipel français », comme l’a baptisé le politologue Jérôme Fourquet. Sur l’une de ses îles vivent les joueurs de foot. Leur extraction sociale commune a produit une forme de ghettoïsation....

Contenu réservé aux abonnés

88 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire