la revue
Foot business
Is football really coming home ? Abonnés
Is football really coming home ?

Les Anglais sont persuadés que le football leur doit tout, voire qu’il leur appartient. De Coupe du monde en Coupe du monde, ils ont tout fait pour que ce soit effectivement le cas.


C’est incontestable, le football a été codifié par les Anglais, lorsque les associations de Londres et de Sheffield ont mis en commun leurs règles dans le Livre des Lois. C’est cette bible que les exportateurs du futur sport roi, en majorité britanniques, ont disséminée aux quatre coins du monde, créant les premiers clubs, les premières fédérations, organisant les premières compétitions. Cette mission a fait que les Anglais se sont autoproclamés inventeurs du football. Avant d’utiliser le Livre des Lois pour le garder sous leur contrôle.

Football sous tutelle

La graine plantée, les populations ont fini par s’approprier le football, avant de le développer et de le réinventer. Elles ont géré leurs clubs, ont engendré leurs propres talents et se sont affranchies de l’importateur, à qui elles se sont opposées. Elles ont fait du football un champ de bataille entre les « inventeurs », une élite qui détenait la Sainte Parole, et le peuple, qui ­voulait en ­enrichir le ­vocabulaire. Cette élite, essentiellement anglaises, a eu tôt fait d’identifier le danger : que « son » sport échappe à son contrôle.

La Football Association anglaise (FA) a rapidement remisé aux oubliettes la vocation universaliste des pionniers pour cloisonner. Il y avait le football de l’élite, des gentlemen, avec sa compétition internationale, le British Home Championship (BHC), et celui du reste du monde, jugé inférieur et placé sous tutelle, sans compétition reconnue. Alors que le ­football devenait un spectacle planétaire, au sein de la jeune fédération internationale, la FIFA, naissait l’idée d’une compétition internationale. Pour s’y opposer et saborder la FIFA, la FA s’est appuyée sur les dépositaires du Livre des Lois, l’International Football Association Board (IFAB), qui a interdit toute compétition mondiale qui aurait encouragé les autres nations à développer davantage leur football et, surtout, leur aurait ouvert nouvelles perspectives.

Premières...

Contenu réservé aux abonnés

80 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter