la revue
Religion
Italie : le blasphème interdit Abonnés
Italie : le blasphème interdit

En Italie, le blasphème a été dépénalisé en 1999, mais il est encore passible d’une amende. Les terrains de football ne sont pas épargnés et de nombreux joueurs peuvent en attester.


Le 12 octobre 1975, la Juventus se dirige vers une défaite sur la pelouse de Côme, lors de la deuxième journée de Serie A. Menés 2-1, les Turinois bénéficient d’un coup franc de la dernière chance. Fabio Capello décale Franco Causio, dont la frappe est détournée par Silvano Fontolan dans son propre but. La Juve égalise. C’est le nom d’un autre joueur qui va passer à la postérité. Quarante-cinq ans plus tard, Claudio Correnti n’a pas une carrière à faire parler de lui. Mais ce jour-là, le milieu de terrain de Côme insulte l’un de ses coéquipiers pour un ballon perdu. Il blasphème. Et est aussitôt sanctionnée par l’arbitre, Gianfranco Menegali. La sanction est prévue dans les textes du Code sportif italien, même si elle est rarement appliquée. Les terrains de football sont propices à la frustration et aux paroles de trop. Elles coûtent un nouveau coup-franc à Correnti et à son équipe.

Pendant des années, en Italie, les instances sportives ont fermé les yeux – ou plutôt les oreilles. De temps à autre, des amendes étaient distribuées, lorsque les blasphèmes se faisaient trop nombreux. On en trouve trace dans chaque décennie, comme lors de ce match de Serie B entre Ascoli et la Reggiana, en 1992, où le blasphème de Marco Pacione est puni d’un carton rouge au bout de deux minutes. L’attaquant venait de recevoir un coup d’un adversaire.

porco dio ou zio ?

Bien que le Code sportif le stipule, il est rare qu’un joueur soit expulsé pour blasphème, ou même qu’il donne lieu à un coup-franc. En 2010, les instances italiennes, fédération et ligue en tête, décident de mieux sanctionner les atteintes à la divinité. De nombreux joueurs et entraîneurs ont écopé depuis d’un match de suspension et d’une forte amende. Ainsi de Serse Cosmi, l’entraîneur...

Contenu réservé aux abonnés

54 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire