la revue
Religion
Italie le calcio entre cocos et cathos Abonnés
Italie le calcio entre cocos et cathos

On ne peut comprendre l’engouement de l’Italie pour le football si on en occulte la dimension idéologique, voire spirituelle. Après guerre, le football s’y est construit entre communisme et catholicisme.


Dans Le Petit Monde de don Camillo, de Julien Duvivier, sur les écrans en 1951, il est question d’opposition entre l’Église et le Parti communiste italien (PCI), qui s’efforcent de reconstruire l’Italie après la Seconde Guerre mondiale. L’opposition politique et idéologique, comme souvent en Italie, y finit sur un terrain de sport. Quoi de mieux qu’un match de foot pour asseoir son ascendant ? Écoutez Peppone, le maire communiste du village, et Don Camillo, son curé « réactionnaire », dans les vestiaires de leurs équipes respectives, Dynamo pour le premier, Gaillarde pour le second : « Garde à vous, éructe Peppone ! Je n’ai rien à vous dire que ceci : vous jouez contre l’équipe de la réaction. Vous devez vaincre ou je vous casse la figure, à tous ! Compris ? » ; « Garde à vous, lance Don Camillo à ses joueurs vêtus de blanc. Mes enfants, écoutez-moi bien. Je fais pas de menace, je dis simplement : s’il y a parmi vous un brigand qui veut pas jouer jusqu’à la dernière goutte de son sang, je lui pulvérise l’arrière-train à coups de pied ! Compris ? »

Front contre front, don Camillo- Fernandel et Peppone-Gino Cervi.
Front contre front, don Camillo- Fernandel et Peppone-Gino Cervi.

À l’image des matchs dans les public schools anglaises, au milieu du XIXe siècle, avant que les lois du jeu ne soient établies, la fin de la rencontre oscille entre football et rugby. Tous les coups sont permis. Bien qu’anecdotique, la scène illustre comment, après guerre, les catholiques et les communistes ont récupéré le football en Italie. Selon certains historiens, c’est d’ailleurs là que se trouve l’origine de la place prépondérante qu’occupe le Calcio dans la société italienne contemporaine. Mais contrairement à ce que lui auraient fait subir les stratèges du soft power ou de la géopolitique contemporaine, le football n’a...

Contenu réservé aux abonnés

75 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire