la revue
Supporters
« Je veux mes cendres à la Beaujoire quand je serai morte » Abonnés
« Je veux mes cendres à la Beaujoire quand je serai morte »

Cinquante et un an les séparent, mais une même passion les unit : le FC Nantes. Jacqueline, 79 ans, née la même année que le club (1943), et Arnaud, 28 ans, sont supporters des Canaris et abonnés à la Beaujoire. Nous les avons réunis dans le bar Le Molière, dans le centre-ville de Nantes, pour parler de l’évolution de l’ambiance en tribune, de leur perception des Ultras, de leur amour indéfectible pour le FCN. Cinquante minutes de discussion animée, souvent, et de désaccords, parfois.


Comment est née votre histoire d’amour avec le FC Nantes ?

JACQUELINE : Un week-end de 1959, j’avais 16 ans, je me promenais avec des copines, on ne savait pas trop quoi faire. On a entendu du bruit au stade Marcel-Saupin. C’était un Nantes-Saint-Étienne. On a pris des billets. On était collées au grillage. L’ambiance m’a touché le cœur. Je suis la seule des filles qui ait continué à aller au stade. J’ai dû m’abonner à 18 ou 19 ans et je l’ai toujours été depuis. Ce club et cette ambiance m’ont pris aux tripes. Même quand il était en Ligue 2, j’étais abonnée. À la Beaujoire, maintenant, je suis en Océane haut. À Saupin, j’étais souvent avec des Ultras. Ils n’étaient pas si fous que ceux de maintenant…

ARNAUD : On n’est pas si fous, mais ce n’est pas la même mentalité. Je suis de la région parisienne. C’est mon père qui m’a emmené au stade. En 2007-2008, c’était la Ligue 2. On est venus deux fois, on faisait 3 h 30 de route. À 21 ans, je me suis installé en Loire-Atlantique. Je me suis abonné en 2015 et réabonné chaque année, jusqu’à maintenant. Mon père m’a transmis sa passion. Je suis en Loire. Je suis les Ultras partout. Je suis dans le mouvement. J’ai un peu le même esprit, même si, n’habitant pas à Nantes, je ne peux pas participer à la confection des tifos.

Vous n’avez pas le même point de vue sur les Ultras…

JACQUELINE : Les Ultras, à Saupin, ils encourageaient, ils n’insultaient pas, comme le font certains, aujourd’hui, à Nantes. Il n’y avait pas de violence. Je n’ai pas oublié ce qui s’est passé contre Toulouse [en novembre 2016, des supporters ont tenté de pénétrer dans la tribune du président Kita, ndlr]. On...

Contenu réservé aux abonnés

83 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire