laRevue
Supporters
L’After de l’élégance : Le droit d’être insupportable Abonnés
L’After de l’élégance : Le droit d’être insupportable

Samedi 28 mai 2022, à Paris, en bas de chez moi, dans le XIIe, à 200 mètres à peine de la fan zone anglaise, où 40 000 supporters de Liverpool vont suivre ce soir la finale de la Ligue des champions. Il n’est que 10 heures, mais déjà, des dizaines de gaillards en maillot rouge s’agglutinent aux terrasses des cafés, dans les squares et les rayons binouzes des supérettes.


Ça boit, ça braille. You’ll Never Walk Alone résonne fort dans ce quartier pépère. Anfield au pied de l’immeuble. Cool. Les commerçants s’inquiètent. « On n’a pas été prévenu, merci la mairie, râle le primeur. J’espère qu’ils vont pas nous foutre le bordel. » Les vieux clichés ont la vie dure. Je tente de lui expliquer qu’un supporter n’est pas un voyou, qu’un Ultra n’est pas un hooligan et que si cette frénésie matinale est inhabituelle pour nous, eux s’enjaillent tous les week-ends et savent très bien se tenir. Exaltés et braillards, oui. Un peu bas du front, certes. Mais la plupart du temps polis et respectueux. Relax.

« Tu dis ça, mais quand c’est l’équipe de France, t’es à deux doigts de retourner l’appart ! Tu hurles même sur les joueurs, comme s’ils pouvaient t’entendre », tacle ma nana – gentiment, ça joue ! J’avoue. Et encore, je suis un enfant de chœur à côté de mon beau-père italien, un gentleman placide qui se transforme en boule de nerfs incontrôlable devant les matchs de la Squadra Azzurra et qui va jusqu’à balancer sa claquette sur la télé (véridique) quand cet « imbecille » de Marco Verratti joue à la baballe dans sa surface de réparation.

Je suis un moine tibétain comparé à ce grand patron français (Pierre G), ancien président d’un club de Ligue 1 cartésien et austère, qui me confia un jour « dévisser et frôler l’AVC » tous les samedis soir. « Je gère des milliers d’employés et des millions d’euros sans jamais perdre mon sang-froid, mais le foot, ça me fait perdre le sens commun. Les gens ne peuvent pas comprendre… » Moi, si. Un supporter calme et serein n’en est pas un. Car supporter, c’est s’emporter. C’est être insupportable, déraisonnable – et parfois grossier, oui,...

Contenu réservé aux abonnés

37 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire