la revue
EURO
L'Euro à 24 équipes, c'est bon ? C'est pas bon ? Abonnés
L'Euro à 24 équipes, c'est bon ? C'est pas bon ?

Vous croyez tout savoir de l’émission de Gilbert Brisbois, Daniel Riolo, Jérôme Rothen et René Girard ? Que vous écoutiez depuis le premier soir ou que vous ayez accroché depuis Knysna ou la Remontada, peu importe, l’essentiel est d’avoir trouvé la voie d’accès au bonheur. Aujourd’hui, vous pensez que l’After n’a plus de secret pour vous ? Vous vous trompez.

Ce que vous ne savez pas, c’est comment on prépare un After, quels ingrédients on choisit pour vous concocter tous les soirs votre dessert préféré. Je vous emmène au cœur de la préparation d’une émission, réputée pour sa richesse éditoriale, son respect du timing et de la parole de l’autre. Le cœur, ce sont toutes ces heures interminables et pourtant décisives entre deux After, de 00 h 01 à 20 h 59. Démonstration par l’un des sujets qui sera traité ce soir-là : « L’Euro à 24 équipes : plus on est de fous, plus on rit ou plus on s’ennuie ? »

00 h 01

Lieu : couloir à la sortie du studio

J’entame une riche discussion avec Gilbert et Daniel : « Donc demain, on traite l’Euro à 24 équipes, comme on a dit ? »

Réponse de Gilbert : « L’Euro à 24, c’est pas bon ! »

Daniel : « Mouais, on verra demain. Allez, bonne nuit. »

Une bonne base de travail.

Nuit

La nuit qui s’ensuit est hors sujet et infructueuse. Daniel fait un vilain cauchemar : invité à un dîner en tête à tête chez Marco Verratti, il meurt, intoxiqué par des pâtes bon marché, piégé par un hibou machiavélique qui lui avait vanté la meilleure pasta de Pescara. Pendant ce temps, Gilbert surfe sur le web jusqu’à quatre heures du mat’ pour peaufiner son prochain voyage au Tadjikistan. De l’ordinaire.

Fin de matinée

On passe aux choses sérieuses : alors, cet Euro à 24 équipes, bonne ou mauvaise formule ?

Rappel historique, pour commencer : en juillet 1960, naît Corynne Charby – on n’y reviendra pas – et le premier Euro de football, disputé en France. La phase finale (demi-finales et finale) comprend 4 équipes.

Soixante ans plus tard, le nombre...

Contenu réservé aux abonnés

89 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire