laRevue
Religion
La foi rend-elle plus fort ? Abonnés
La foi rend-elle plus fort ?

La religion est devenue une manière d’affronter la vie pour certains footballeurs, dont le besoin de transcendance, mis à mal par la modernité, est une révolte morale, contre l’individualisme et le consumérisme. Au point qu’ils en deviennent meilleurs ?


Mardi 5 avril dernier, minuit trois. L’After vient de se terminer. Mon téléphone affiche une notification WhatsApp. Gilbert Brisbois, le taulier de l’émission, me transmet une info qui a fait le tour de la rédaction – « ça pourrait t’intéresser ». Son message est accompagné d’un lien Twitter. Karim Benzema, la mine grave, pose en qamis, la tenue traditionnelle musulmane, sur la terrasse de sa luxueuse villa, le regard fixé sur l’horizon. Le cliché est accompagné de cette citation : « Le ramadan n’a aucun impact sur mon entraînement. Le ramadan fait partie de ma vie et ma religion fait du ramadan une obligation. Pour moi, c’est très important et je me sens bien quand je jeûne. »

Il ne s’agit pas du compte officiel de Karim Benzema, mais d’un compte amateur, d’un fan de l’attaquant madrilène. La citation est extraite d’une interview, sans intérêt tant les questions sont convenues, accordée quelques jours plus tôt à Esquire Middle East. Sur le site du magazine, les photos mettent en scène un Benzema tiré à quatre épingles, perfecto en cuir, débardeur blanc à la Marlon Brando, streetwear… KB9 pose sous une lumière à la Harcourt, sur fond de Vuitton, Prada, Dolce & Gabbana. Benzema aime la mode. Qui le lui rend bien.

Peu importe. C’est la place qu’occupe la religion dans sa pratique qui nous occupe ici. La foi est-elle bénéfique pour un footballeur de haut niveau, comme il le prétend ? La question est complexe. Dans le sport, le fait religieux génère interrogations, instrumentalisation et polémiques.

En France, confrontée à des tensions identitaires, il ne fait pas bon exhiber sa foi sur les terrains. À tel point que le sujet interfère avec la communication des instances du sport dans l’Hexagone. « Depuis la Coupe du monde au Brésil, la fédération a...

Contenu réservé aux abonnés

77 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire