la revue
politique
La footbalisation de la politique Abonnés
La footbalisation de la politique

Depuis le début du XXe siècle, la récupération politique du football est un classique. Désormais, un phénomène nouveau et plus subtil se fait jour : la footballisation de la politique.


Il faut toujours dire ce que l’on voit : surtout il faut toujours, ce qui est plus difficile, voir ce que l’on voit » disait Charles Péguy dans Notre jeunesse.

Un jour, le 4 septembre dernier, c’est Arnaud Montebourg qui monte sur le praticable de la salle des fêtes de Clamecy. Il a le visage satisfait de celui qui a bien préparé son coup. Son slogan, « la Remontada de la France », entend synthétiser son projet — une relance économique du pays — et sa campagne — le retour dans le jeu politique de l’éternel espoir socialiste. Mais à Paris, ça ricane. Du côté politique, on rappelle que c’est d’abord dans les sondages qu’il faudrait remonter. Du côté sportif, on raille la référence. La remontada, c’est surtout le nom donné à une humiliation française. Parisienne, plus exactement. Un soir de 2017 à Barcelone.

Un autre jour en France, le 14 octobre, c’est l’histoire d’un président de la République arborant le numéro 3 (de la Sainte Trinité, sans doute) et descendant sur les terrains de banlieue parisienne, au stade de Poissy, pour y disputer un match au bénéfice de la fondation Pièces jaunes en compagnie du Variétés Club de France présidé, faut-il le rappeler, par le neveu (par alliance) du général de Gaulle himself, Sa Majesté Jacques Vendroux. Le président joue contre des soignants de l’hôpital de la commune, tout en promettant 500 millions d’euros pour faire de la France une « nation sportive », clame-t-il. Soyons honnêtes, les images du penalty marqué par Macron sous les vivats de ses adversaires et la contribution non négligeable du gardien sont aussi hypnotiques que gênantes. D’où vient le malaise ? Des commentaires sur BFM, alternant considérations tactiques et analyse politique ? Peut-être. Macron joue « milieu défensif », y insiste-t-on, pour éviter...

Contenu réservé aux abonnés

82 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire