la revue
Cristiano Ronaldo
La Révolution Ronaldo Abonnés
La Révolution Ronaldo

En août 1994, une météorite s’écrase aux Pays-Bas : le jeune Ronaldo, pas encore majeur, y éclabousse le championnat de son talent. Le 4-3-3 batave, la nomenclature néerlandaise de jeu, le poste d’attaquant de pointe, tout vole en éclats, pour le plus grand plaisir des supporters et de ses coéquipiers.


Moi, j’étais là pour donner des ballons à Ronaldo. J’avais la chance qu’il soit à la conclusion de ma passe. » Boudewijn Zenden en rigole encore aujourd’hui. En côtoyant le Brésilien pendant deux saisons au PSV Eindhoven, l’ancien joueur de l’OM était aux premières loges pour assister à la première aventure européenne de Ronaldo. Il se replonge avec gourmandise dans ses souvenirs.

Né la même année que l’attaquant de la Seleção, Zenden vient d’arriver en équipe première lorsque la star brésilienne débarque à Eindhoven, auréolé d’un titre de champion du monde sans avoir joué la moindre minute. À l’époque, il n’y a ni réseaux sociaux, ni diffusion quotidienne de matchs de football, encore moins de plateforme où sont recensées les performances des footballeurs du monde entier. « On ne savait pas qui il était, raconte l’international néerlandais. Pour moi, c’était un inconnu. Il avait certes été sélectionné pour la Coupe du monde 94, mais il n’avait pas joué. Il arrivait comme une future star, un vrai diamant. » Tout l’univers du football batave, de ses coéquipiers à ses adversaires, en passant par les journalistes et supporters, va vite faire la connaissance de celui qui ne porte pas encore le surnom d’O Fenómeno .

Il ne faut que quelques entraînements aux joueurs du PSV pour comprendre l’ampleur du phénomène. La présentation aux adversaires est tout aussi rapide. Dès son premier match d’Eredivisie, sur la pelouse du Vitesse Arnhem et sur un premier ballon en profondeur, Ronaldo fait parler sa vitesse et sa finition. À peine neuf minutes de jeu et Ronaldo a déjà pris rendez-vous avec le football néerlandais. En seconde période, le Brésilien se lance dans une chevauchée qui deviendra sa marque de fabrique. « Oui, oui, je me rappelle, c’est quand le ballon est sauvé sur la ligne par...

Contenu réservé aux abonnés

88 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire