la revue
Supporters
La Super Ligue sauvera-t-elle le football populaire ? Abonnés
La Super Ligue sauvera-t-elle le football populaire ?

Présentée à la hâte comme une ligue fermée, clonant un modèle américain, en rupture brutale avec la tradition européenne, la Super Ligue n’est peut-être pas le projet d’une élite, mais une aspiration plus populaire qu’il y paraît.


Des matchs qui rassemblent et intéressent les supporters plutôt que les interminables et prévisibles phases de groupe actuelle et à venir ; des revenus de solidarité triplés par rapport à aujourd’hui ; des contrôles stricts, pour éviter la suprématie financière des clubs-États et éviter la surchauffe de l’économie du football… Non, tout n’est pas à jeter dans la Super Ligue, à commencer par le regain d’intérêt qu’elle pourrait susciter.

Populaire : qui émane du peuple (Petit Larousse)

Présentée en avril 2021, la Super Ligue est en sommeil. Elle ne s’exprime pas, ou très peu. Elle ne vit qu’à travers l’actualité judiciaire qui l’entoure. Mais paradoxalement, elle continue de passionner. On exige d’elle des preuves de vie, qui ne dépendent que du trio Florentino Pérez-Joan Laporta-Andrea Agnelli. On l’a érigée en totem anti-foot populaire. Est-ce justifié ?

Tout d’abord, existe-t-il un football des riches et un football des pauvres ? À en croire les puristes, le premier ne devrait même pas se voir attribuer le titre de football. Curieuse conception. Il n’y a qu’un football, qui se joue avec les mêmes règles et à qui on doit un succès mondial. D’autres considèrent que les clubs qui forment la Super Ligue ne sont pas populaires. Ils concentrent pourtant l’immense majorité des amateurs de football en Europe et dans le monde. Ils sont universels et dès lors éminemment populaires. Le Barça et le Real sont des clubs détenus par leurs membres, 130  000 pour le premier, 140 000 pour le second. Si populaire signifie « qui émane du peuple », alors, on peut difficilement proposer mieux.

On pourra rétorquer que le terme populaire ne s’applique pas aux clubs, mais à la catégorie sociale des supporters qui les suivent. Soit. Les plus bruyants détracteurs de la Super Ligue sont les supporters anglais, de Chelsea...

Contenu réservé aux abonnés

89 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire