laRevue
Italie
Le Foggia des Miracles Abonnés
Le Foggia des Miracles

Au début des années 1990, le football italien commence sa mue. Arrigo Sacchi prouve qu’une équipe italienne peut gagner en bouleversant des principes bien ancrés dans la culture nationale et, à 800 km de Milan, un entraîneur tchèque fait danser les cadors italiens avec une équipe composée de jeunes joueurs méconnus.


Septembre 1991. Ce titre, à la une du Corriere dello Sport, résume à lui seul la météorite Foggia : « Milan ou Juve ? Foggia, c’est mieux ! » L’équipe de Foggia vient d’entamer sa première saison en Serie A. Après un match nul contre l’Inter, une courte défaite contre la Juventus et une victoire à Florence, les Rossoneri ont entamé leur opération séduction. À travers un football courageux, dans la lignée de l’audacieux Arrigo Sacchi, ce club des Pouilles attire tous les regards, les envies, voire suscite les jalousies. C’est le début du « Foggia des miracles ». Cinq saisons durant, Foggia va gravir les échelons, jusqu’à flirter avec une qualification en coupe de l’UEFA. Aux commandes, un entraîneur tchèque signant ses exploits d’un Z qui veut dire Zeman.

Sacchi et Zeman, pour l’amour du jeu

Dans les années 1980, le championnat italien est d’une compétitivité extrême. Les clubs se partagent les meilleurs joueurs et les trophées. Six champions différents sont sacrés en dix ans : la Juve de Platini et Boniek, la Roma de Falcao et Conti, le Naples de Maradona et Giordano, le Milan de Baresi et Gullit, l’Hellas Vérone d’ Elkjær et Briegel, l’Inter de Bergomi et Matthäus. Aux quatre coins de l’Italie, des stars. Même l’Udinese a réussi à attirer le génial brésilien Zico. Le football exalte les qualités des joueurs. Les tacticiens se régalent. Le but ? Faire déjouer l’adversaire, l’empêcher de marquer et se projeter en contre-attaque. Le marquage individuel est une norme. Les corps à corps sont intenses, parfois violents, le dimanche sur les pelouses italiennes. Dans chaque équipe, les fondamentaux du football italien sont sagement respectés.

Deux hommes vont bouleverser les codes. Le premier se nomme Arrigo Sacchi. Avec l’AC Milan, il introduit le marquage en zone, la défense haute, une...

Contenu réservé aux abonnés

86 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire