la revue
stade
Le football, le peuple, la bêtise Abonnés
Le football, le peuple, la bêtise

Il est « populaire parce que la stupidité est populaire », disait de lui Jorge Luis Borges. Allez, on est entre nous, on a le droit de se poser des questions vaches : le football est-il en train de nous rendre idiots ?


Le vendredi 2 juin 1978, à l’université de Belgrano, quinze minutes après le coup d’envoi du Mondial argentin, le plus grand écrivain du pays le plus futbolero du monde entame une conférence sur l’immortalité. Juste avant de s’exiler en Suisse et de fuir la dictature militaire, Jorge Luis Borges en profite pour adresser une bonne gifle à l’obsession nationale, un peu comme si un grand écrivain français se mettait à pourfendre le vin rouge et la Tour Eiffel – c’est arrivé, c’est sûr. Borges brocarde publiquement la passion la mieux partagée par ses compatriotes et leurs généraux. Quelques années plus tard, le vieux génie ne se cachera pas pour dire qu’il a toujours eu en parfaite inimitié ce jeu qu’il juge absurde. Plus qu’absurde, même, stupide. Ce jeu ? « Le football est populaire parce que la stupidité est populaire. C’est un jeu totalement conventionnel. Les gens l’ont pris d’une façon incroyable. Comme si tout à coup ils se mettaient à penser d’une manière irréelle et avaient oublié qu’ils avaient payé un billet d’entrée pour se changer en simples spectateurs. Mais quand on les entend parler, c’est comme s’ils avaient joué eux-mêmes la rencontre. »

Popu ou populaire ?

Forcément, après un tel génie, on rase les murs. Tout juste si, pour l’amadouer un peu, on lui suggérera ce syllogisme implacable : la connerie est universellement partagée, le football aussi, c’est donc le football qui rend con. Syllogisme d’où naît la question suivante : étions-nous sots avant d’entrer au stade ou bien le football est-il responsable de notre abrutissement collectif ? Si on faisait de la politique, on répondrait bien sûr (pour être réélu) que ces mots sont un scandale, que les supporters sont essentiels, qu’ils font œuvre commune, non aux amalgames, vive les fumigènes ! Oui, tout cela est...

Contenu réservé aux abonnés

80 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire