la revue
Football d'émotion
Le football rend-il heureux ? Abonnés
Le football rend-il heureux ?

De défaites en victoires, le football est facteur de stress et d'inquiétude. De là à nous envoyer aux urgences psychiatriques, il y a un pas qu'il ne faut surtout pas franchir.


Sérieusement, le football rend fou. On est là, à suivre notre équipe favorite, notre club de cœur, jour après jour, match après match. Tout ça pour quelle récompense ? Des déboires et des désillusions, des tristesses et des déceptions. Il n'y a qu'après une victoire surprise ou un résultat historique qu'on se rend compte à quel point on aime ce sport. Parce que, finalement, nous rend-il heureux ? Ne serions-nous pas qu'un troupeau de sombres masochistes ?

Posez ces questions aux supporters du PSG. Votre club vous apporte-t-il ce petit plus qui égaye le quotidien et rend si particulière la saveur du sport ? Après autant de déboires en Ligue des champions, une énième élimination si tôt dans la saison malgré un casting quatre étoiles, dont Mbappé, Messi et Neymar, ils sont en droit de se montrer circonspects. Pourquoi continuer à aimer Paris si, après onze ans de QSI, rien ne bouge ? Même question, me direz-vous, pour les supporters de l'OL, incapable de retrouver le niveau de son glorieux passé, en difficulté pour se qualifier en Coupe d'Europe. Ou ceux de Marseille, qui enchaîne victoires poussives et défaites honteuses.

Globalement, la question, que pourrait à bon droit poser un néophyte, c'est : quel intérêt y a-t-il à s'intéresser au football ? Que gagne-t-on à continuer à regarder ce sport, à supporter son équipe si on n'est jamais récompensé ? Le sujet, c'est la quête du bonheur, du bien-être et du repos. À étudier le bonheur, ou plus exactement la science du bonheur, on se rend compte que la définition en est complexe et multifactorielle. Mais tout le monde, des philosophes aux chercheurs, s'accorde sur un point : le bonheur, c'est la stabilité.

Je ne voudrais pas prendre la place de notre intellectuel, Thibaud Leplat. Mais citons Kant, pour qui...

Contenu réservé aux abonnés

77 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire