laRevue
Qatar
Le grand écart du Qatar Abonnés
Le grand écart du Qatar

Le pays hôte de la prochaine Coupe du monde mélange football et rigueur religieuse. Mais pas à n'importe quel prix.


Doha, quelques minutes avant un match de championnat de la Qatar Stars League. En cette fin d'après-midi d'hiver, il fait encore 20 degrés. Un millier de spectateurs prend place dans les tribunes clairsemées. La rencontre est prévue à la nuit tombée. Les joueurs terminent l'échauffement et rentrent aux vestiaires. La chaîne Alkass diffuse, en direct. À chaque compétition, c'est la même routine.

Chaque ? Non. Dans une salle habilitée à la prière, dans les entrailles du stade, les joueurs de confession musulmane des deux équipes se regroupent. En tenue de foot, ils se tournent ensemble vers La Mecque. Le numéro 6 de l'équipe locale a enfilé une robe longue par-dessus son short pour cacher ses jambes nues. À son côté, le numéro 6 de l'équipe adverse a fait de même. Ils oublient leur rivalité pour vénérer Allah à l'unisson. Pour autant, quand la partie commence, le sport reprend ses droits. Sur le terrain, ils ne se font pas de cadeaux.

La famille Al-Thani dirige le Qatar depuis cinquante ans. Originaire d'Arabie saoudite, elle a fait de l'islam wahhabite, l'un des plus rigoureux, la religion d'État. Elle interdit notamment la danse et le cinéma. C'est pourtant sur cette bande de sable grande comme la Corse qu'est organisé le Mondial 2022, à partir du 21 novembre prochain.

« Les Qataris sont des wahhabites éclairés, explique Christian Chesnot, coauteur avec Georges Malbrunot de Nos très chers Émirs (Michel Lafon, 2016). Ils sont à la fois très pieux et pragmatiques. » Le prince d'Arabie saoudite est le gardien de deux des trois lieux les plus saints de l'islam. L'émir du Qatar, lui, n'a aucune fonction religieuse. Il a pourtant été éduqué par les Frères musulmans, comme certains des plus riches ressortissants du pays. Ils financent des mosquées en Europe ou procurent des armes à...

Contenu réservé aux abonnés

79 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire