la revue
Le maillot
Le maillot : Di Stefano, le trinational Abonnés
Le maillot : Di Stefano, le trinational

Ce maillot du Real Madrid a été porté par Alfredo Di Stefano en Liga lors de la saison 1958-1959. Il fait partie de la collection de Louis Nicollin. C’est le journaliste Max Urbini, ancien rédacteur en chef de France Football qui l’a offert à Loulou, après avoir remis le Ballon d’or à l’attaquant du Real en 1957 et 1959. Di Stefano est l’un des rares à avoir joué pour trois sélections différentes. L’Argentine, son pays de naissance (6 sélections), la Colombie (4 sélections non homologuées par la FIFA) et l’Espagne (31 sélections). Une rareté qui fait de lui l’un des seuls trinationaux de l’histoire du foot.



Contenu réservé aux abonnés

32 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire