laRevue
Espagne
Le système Barça en danger Abonnés
Le système Barça en danger

Propriété de ses membres depuis 1899, le club catalan est menacé de privatisation. La faute à une crise économique, sportive et sociale sans précédent.


Août 2017. Le FC Barcelone touche le jackpot : 222 millions d’euros en échange du départ de Neymar au PSG. Depuis, comme un vainqueur de l’Euromillions incapable de gérer son argent, il accumule les dettes. Elles s’élèvent à 800 millions d’euros sur les trois dernières années. Après avoir dilapidé l’oseille de Ney dans deux transferts ruineux (Dembélé et Coutinho), le président Bartomeu a hypothéqué l’avenir avec des prolongations de contrat absurdes (Alba, 29 ans, à prix d’or pour cinq saisons, pour ne citer que lui) et multiplié les achats hasardeux et chers (Griezmann et Malcom, entre autres). Son successeur, Joan Laporta, a ensuite plombé les comptes pour lui faire porter le chapeau et le poids de la dette, grâce à deux manœuvres comptables – 90 millions d’euros provisionnés pour d’éventuels litiges judiciaires et 140 millions d’euros de dépréciation de valeur de ses joueurs. 2022 n’est pas plus brillante. Les salaires non sportifs augmentent et les visiteurs reviennent à peine au musée du Camp Nou, qui générait 50 millions d’euros de revenus annuels avant le Covid.

Une gestion calamiteuse

Résultat, le club blaugrana ne peut plus recruter. Il est bloqué par une masse salariale deux fois plus élevée que celle du Bayern Munich. La saison dernière, il a prolongé le contrat d’Umtiti, qui ne joue plus, pour lisser son salaire sur plusieurs années supplémentaires et inscrire Ferran Torres et Pierre-Emerick Aubameyang. Une situation intenable à long terme, alors que Spotify investit désormais 75 millions d’euros par an pour avoir son nom sur les maillots des équipes masculine et féminine, et pour la première fois sur le stade, le Spotify Camp Nou.

Pour tenir ses engagements envers ses sponsors, ses créditeurs et ses électeurs, Laporta et son comité de direction veulent combler dès que possible le déficit et renouer avec les bénéfices....

Contenu réservé aux abonnés

82 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire