la revue
football professionnel
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

La saison dernière, l’After s’est souvent transformée en chaîne d’info. En août, le soir de Nice-Marseille, le match du chaos. En novembre, quand un imbécile a balancé sa bouteille de Cristaline sur la nuque de Dimitri Payet. En mai, quand des Ultras stéphanois ont bombardé leurs joueurs à leur entrée sur le terrain avec des fumigènes tirés à l’horizontale. Le même mois, quelques heures seulement après la finale de la Ligue des champions, transformée en traquenard géant. Daniel et moi avons aussi traversé le parvis du Vélodrome sous les fumigènes et les lacrymos le jour de Marseille-Feyenoord. Ce soir-là, la bataille avait lieu autour du stade, avant et après le match. Presque une habitude lors des matchs de l’OM en Coupe d’Europe cette saison. Salonique, Feyenoord, Qarabag, du grand n’importe quoi. Le foot était très loin lors de ces After. On parlait police, justice, violence et sanctions. 2021-2022 a été la saison de toutes les folies dans les tribunes. Mais pourquoi ? Une explosion de testostérone après deux années de privation due au Covid ? Une augmentation de la violence, comme dans l’espace public ? Les causes varient, les conséquences sont terribles. L’image du foot est plus dégradée que jamais. Les efforts des représentants de supporters et des élus qui œuvrent pour un football festif sont réduits à néant. Nous avons reçu le député Sacha Houlié plusieurs fois dans l’After. Supporter déclaré de l’OM, il a voyagé de stade en stade pour rédiger un rapport qui milite pour le retour des tribunes debout dans les virages ou la fin de la répression sur les fumigènes. Du beau boulot, détruit en quelques mois. En 2020, Houlié disait que « le supporter de foot ne doit pas être traité comme un terroriste ». En 2022, le supporter de foot n’a rien fait...

Contenu disponible gratuitement

42 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire
On supporte comme on manifeste
On supporte comme on manifeste Abonnés

Violence et rébellion sont de plus en plus souvent associées aux stades. L’actualité regorge d’exemples. Mais tous ne sont pas de même nature. Dans les tribunes, tous les comportements, sentiments et émotions s’expriment, à l’image de la place démentielle du football dans la société.

0 commentaire