la revue
Médias
Les droits TV peuvent être mortels Abonnés
Les droits TV peuvent être mortels

548 millions d’euros, c’est le trou laissé aux clubs français pour la saison 2020-2021 par la mésaventure Mediapro, soit une baisse de 42 % par rapport aux droits TV attendus. Comment en est-on arrivé là , À ce cauchemar qui suscite critiques et sarcasmes en france et dans le monde ?

Depuis les années 1980, les droits TV du foot ont connu en Europe une augmentation exponentielle, grâce à l’arrivée successive d’acheteurs de plus en plus riches : d’abord les chaînes gratuites commerciales vivant de la publicité, comme TF1, puis les chaînes à péage de type Canal+ ou Sky, enfin les sociétés de télécommunication, les « telcos », comme Orange, Altice-SFR ou British Telecom. Pour le football, le scénario était presque trop beau : en situation de monopole après que la Commission européenne avait autorisé la vente collective, au début des années 2000, les ligues n’avaient qu’à jeter les droits sur le marché, au moyen d’appels d’offres, pour que les télés se battent à coups de centaines de millions d’euros pour en acquérir l’exclusivité.

Tout l’art de la négociation repose sur le timing des appels d’offres et la pression psychologique que les dirigeants des ligues imposent aux diffuseurs en distillant des informations sur l’intérêt porté à leur produit par de prétendus nouveaux entrants. En Angleterre, Richard Scudamore était passé maître dans l’exercice. Le patron de la Premier League a fait passer les revenus télé du foot anglais de 670 millions de livres par saison à plus de 5 milliards entre 1998 et 2017, par le seul jeu de la concurrence.



En France, la LFP s’est longtemps heurtée à la toute-puissance de Canal+ qui, après une grosse frayeur nommée TPS en 1999, a réussi à limiter son investissement entre 2008 et 2020 à moins de 500 millions d’euros par saison (475 millions de moyenne, précisément), malgré la concurrence, sans équivalent en Europe, de Orange, BeIN Sports et Altice-RMC Sport.

Le 15 mars 2016, Didier Quillot est nommé à la tête de la LFP. Il promet de faire revenir les clubs français, structurellement en perte, à l’équilibre d’exploitation en 2020. Homme de médias...

Contenu réservé aux abonnés

79 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire