la revue
Foot italien
Les peuples du football turinois Abonnés
Les peuples du football turinois

À Turin, on oppose souvent les supporters du Torino à ceux de la Juve. Pourtant, l’histoire les a rapprochés. Au point qu’ils se ressemblent ?


Emilio, naturellement, soutenait la Juventus, l’équipe des gentlemen, des pionniers de l’industrie, des Jésuites, des bien-pensants, de ceux qui avaient fait le lycée : des bourgeois riches, en un mot. Giraudo, tout aussi naturellement, était pour le Toro, l’équipe des ouvriers, des boutiquiers, des immigrés venus des localités voisines ou des provinces de Cuneo ou d’Alexandrie, de ceux qui avaient fait les écoles techniques, c’est-à-dire des petits-bourgeois et des pauvres. » Dans son roman Le due città (1964, publié en Français chez Plon sous le titre Les Deux Villes en 1966), Mario Soldati convoque le football pour planter le décor et opposer ses deux protagonistes, représentant l’un le centre-ville bourgeois, l’autre les périphéries ouvrières. Dans les années 1930, dans les grandes villes italiennes, l’antagonisme social est représenté par les derbys : l’aristocratique Lazio contre la plébéienne Roma, l’Ambrosiana-Inter des Pirelli face au Milan du peuple rossonero et, donc, Juventus-Torino. Mais à Turin, l’opposition bourgeoisie-peuple n’est pas figée dans le marbre. Jusque dans les années 1950, le caractère populaire du football est incarné par les joueurs du Torino, mais cette particularité s’étend par la suite aux footballeurs de la Juventus. Sans oublier les supporters, qui revendiquent d’incarner le club contre ceux qui les dirigent. Autrement dit, le peuple contre les élites.

Patrons et ouvriers

Les deux clubs turinois sont nés dans le même milieu de la jeunesse bourgeoise turinoise, même si, pour des raisons éthiques et de xénophobie sportive, Alfredo Dick, le président suisse de la Juventus, quitte le club bianconero, créé en 1897, pour fonder le FC Torino en 1906. La question sociale s’invite après la Première Guerre mondiale. La direction de la Juventus vient de lancer la construction d’un stade en béton armé sur le corso Marsiglia, au sud-ouest de Turin. Dans l’après-guerre, le football devient populaire, encore faut-il...

Contenu réservé aux abonnés

82 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Abonnés

Daniel Riolo, Gilbert Brisbois et l'équipe de l'AFTER FOOT signent un sixième numéro exceptionnel de 150 pages pour comprendre la passion qui anime les supporters. Paris, Lyon, Marseille mais également Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne... toutes les appartenances sont passées au crible.

Un ouvrage indispensable pour poser un diagnostic, comprendre les enjeux qui bousculent les tribunes françaises et répondre aux violences et polémiques qui ont agité la saison passée.
A lire aussi dans ce nouveau numéro l'interview exclusive de Bruno Génésio mais aussi des éditos, des témoignages et des articles de journalistes, consultants et économistes.

1 commentaire
Ça bouge sur Afterfoot.media
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire