Éditos
Édito
L'identité heureuse Gratuit
L'identité heureuse

Oui, le football est identitaire... Mais est-ce vraiment un problème ? L'édito de Daniel Riolo et Gilbert Bribois.

Par quelle acrobatie identité est-il devenu un gros mot ? Qui a décidé que demander à quelqu’un d’où il venait relevait du racisme ? Le « wokisme » est une maladie grave, une pandémie à endiguer. Étrange paradoxe que cette époque où, dans le même temps, on jure tous, la main sur le cœur, qu’on est fier de ses origines…

Revendiquer son identité, est-ce un désir d’adhésion ou un rejet de l’autre ? L’histoire des idées politiques a beaucoup louvoyé à ce sujet. Chahutée de tous bords, l’idée commune s’est stabilisée aujourd’hui, qui consiste à penser que l’identité est un concept de droite. Pour les internationalistes de l’extrême gauche (LFI et associés), c’est même un truc de facho. Mais on a encore le droit de combattre cette étroitesse d’esprit, cet enfermement idéologique et cette disqualification.

Dans les années 1980, trop occupée à promouvoir la diversité et le multiculturalisme, la gauche française a abandonné les idées nationale et identitaire. Le FN s’est jeté dessus. La droite traditionnelle française, elle, a couru derrière. Trop tard. Pour l’intelligentsia, l’identité est restée trop longtemps un objet restreint et étriqué, qui rimait avec frontières, armée, service militaire. C’était « la voix des nations et c’est la voix du sang » de Jacques Brel. Le sang, c’était « le sang impur » de La Marseillaise, dont on ne voulait pas contextualiser les paroles. La chanter, ce n’est pas bien, ne pas la chanter, c’est mal, selon les époques, ça varie. On n’en voulait pas à Platini de ne pas la chanter mais, vingt ans plus tard, on en veut à Benzema de ne pas le faire. On se perd. On s’est perdu.

Et le foot dans tout ça ? Eh bien, il apparaît comme une juxtaposition d’identités. On pourrait presque dire qu’il n’est que ça. Les...

Contenu disponible gratuitement

52 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter