la revue
After
L'After de l'élégance Abonnés
L'After de l'élégance

Les socquettes de Zinedine par Mathieu Le Maux.


Les ayatollahs du ballon rond me tombent dessus quand j’essaie de leur expliquer que les codes vestimentaires, ça compte aussi dans un vestiaire. Comme dans n’importe quel open space. Comme dans n’importe quelle bande de potes. Ça chambre, ça complimente, ça s’épie, ça se copie. Chacun cherche l’apparat idoine pour se fondre dans son environnement social et s’en faire accepter tout en essayant d’affirmer sa personnalité. Chacun tend à se démarquer sans se faire remarquer. Chacun veut dire qui il est, sans trop se déboutonner. C’est la fonction subliminale et sous-jacente du vêtement. Ça l’a toujours été. Et le football n’échappe pas à cette règle du « je ».

Un jour que nous parlions chiffons sous le soleil d’Aix-en-Provence, Zinedine Zidane a apporté de l’eau à mon moulin, sans avoir à fouiller bien loin dans sa mémoire. « Un vestiaire a ses règles », m’a-t-il confirmé, avant de me narrer cette savoureuse anecdote : « À la fin de mon premier entraînement à la Juve, je découvre mes chaussettes découpées aux ciseaux et scotchées à mon casier. C’étaient des socquettes rayées multicolores. Je me dis : "Bon, p’tit bizutage, rien de bien méchant." Sur ce, Ciro Ferrara arrive dans mon dos et me tape sur l’épaule : "Petit, tu es en Italie, ici, les chaussettes, c’est noir. Et elles doivent monter jusque sous le mollet." Au ton de sa voix, je comprends tout de suite qu’il est très sérieux. Ce que j’ai fait ? J’ai suivi son conseil, j’ai respecté cette tradition. Si je ne l’avais pas fait, j’aurais pris quelques taquets derrière. Ça a facilité mon intégration au sein du groupe. » On connaît la suite…

Est-ce par mimétisme contraint, pour ne pas faire de vagues, que les footballeurs suivent à peu près tous les mêmes standards de mode...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Bingo : Courbis sans artifice
Bingo : Courbis sans artifice Abonnés

Comment ça, Rolland aurait, à l’antenne, quelques tics de langage et de syntaxe, voire idéologiques ? Rendez-vous pour vérifier et compter les points dès la prochaine émission avec nos cartes de bingo. S’il est en forme, c’est 15 minimum.

0 commentaire
Le roman-photo de l'After
Le roman-photo de l'After Abonnés

Les 24 h chrono de Gilbert par Jérôme THOMAS (dialogues) et Constance GOURNAY (Photos)

0 commentaire