Ferran Soriano, le savant fou de Manchester City

La réussite de Manchester City, c’est d’abord celle d’un homme, Ferran Soriano, son président. Né dans un quartier populaire de Barcelone, socio du club catalan à l’âge de treize ans, ce self-made-man est devenu un acteur incontournable du monde du football.

À chaque match à domicile de Manchester City, Ferran Soriano suit le même scénario : le patron des Citizens gare sa voiture sur le parking principal du stade, à côté de celles des joueurs et de Pep Guardiola. Il entre par l’entrée principale, en foulant le tapis bleu. Il monte dans l’ascenseur, à gauche du hall d’accueil, qui le conduit à la tribune présidentielle, en profite pour se regarder dans la glace, recoiffer ses cheveux, qu’à cinquante-trois ans il commence à perdre. Une fois à l’étage, il pénètre dans son élément, entre football et mondanités. Il disserte sur la saison de United avec Sir Alex Ferguson, comme lors du derby de Manchester le mois dernier, discute des besoins du club avec son directeur sportif, Txiki Begiristain, glisse...

Julien LAURENS
Julien LAURENS

La Drôle de Dame anglaise depuis septembre 2018. A joué au foot avec Gilbert et a connu Piquionne et Rothen quand ils étaient encore célèbres et compétents dans leur domaine.

Lire l'article en version numérique
commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Y a que l'émotion qui compte !
Y a que l'émotion qui compte ! Abonnés

On aura mis du temps, mais on a eu sa peau. Enfin, je crois. Qui considère encore aujourd’hui que seul le résultat compte ? A-t-on retrouvé l’inventeur de cette phrase imbécile, « On ne se souvient que des vainqueurs » ? Et l’autre, qui répète que « seule la victoire est belle », il vit encore ? Sérieusement, qui peut affirmer que le résultat est le maître étalon du foot ? Nous vous offrons huit minutes de lecture pour vous convaincre définitivement. Sinon, circulez, on n’est pas du même monde !

commentaire
La footbalisation de la politique
La footbalisation de la politique Abonnés

Depuis le début du XXe siècle, la récupération politique du football est un classique. Désormais, un phénomène nouveau et plus subtil se fait jour : la footballisation de la politique.

commentaire