Abel et Eder héros de l'Euro

Les vrais héros des Portugais ne s’appellent ni Eusébio, ni Figo, ni Ronaldo, mais Abel et Éderzito. Le second leur a offert l’Euro, le premier les en a privés. Rencontre exclusive.

Pour la première fois et pour sa première, la revue de l’After a réuni Abel Xavier et Éder. Le premier, de son vrai nom Faysal Abel Luis da Silva Costa Xavier, ancien latéral de Liverpool, de Galatasaray ou de l’AS Rome, était l’un des tauliers de la génération dorée, éliminée par la France en demi-finale de l’Euro 2000, sur un penalty qu’il provoque ; le second, Éderzito António Macedo Lopes… franchement, est-il besoin de le présenter ? Son but en or, en finale de l’Euro 2016, est à jamais gravé dans la mémoire douloureuse des supporters français.

Vous vous connaissez, tous les deux ?

ABEL : Non, on ne s’est jamais croisés. Mais je connais Éder de par ce qu’il a fait, de ce qu’il fait et de ce qu’il continuera de faire.

ÉDER : Abel a toujours...

Nicolas Vilas
Nicolas Vilas

Spécialiste du football portugais, il s'intéresse quand même aux grands championnats. Sans doute le seul homme sur la planète à apprécier autant le style de Rui Costa que celui d'Eder.

Lire l'article en version numérique
commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Y a que l'émotion qui compte !
Y a que l'émotion qui compte ! Abonnés

On aura mis du temps, mais on a eu sa peau. Enfin, je crois. Qui considère encore aujourd’hui que seul le résultat compte ? A-t-on retrouvé l’inventeur de cette phrase imbécile, « On ne se souvient que des vainqueurs » ? Et l’autre, qui répète que « seule la victoire est belle », il vit encore ? Sérieusement, qui peut affirmer que le résultat est le maître étalon du foot ? Nous vous offrons huit minutes de lecture pour vous convaincre définitivement. Sinon, circulez, on n’est pas du même monde !

commentaire
La footbalisation de la politique
La footbalisation de la politique Abonnés

Depuis le début du XXe siècle, la récupération politique du football est un classique. Désormais, un phénomène nouveau et plus subtil se fait jour : la footballisation de la politique.

commentaire