la revue
Livre
Nos défaites sont plus belles que vos victoires Abonnés
Nos défaites sont plus belles que vos victoires

Comment « être seul à plusieurs » ? La question est profonde. Pour y répondre, dans Génération After Foot, la grande histoire de l’émission culte (éd. Hugo Sport), Pierre Adrian a pris son carnet de notes et son baluchon.

Comment « être seul à plusieurs » ? La question est profonde. Pour y répondre, dans Génération After Foot, la grande histoire de l’émission culte (éd. Hugo Sport), Pierre Adrian a pris son carnet de notes et son baluchon. Avec Daniel en vacances sur les plages de Sicile, ou à Madrid avec Fred Hermel, dans les couloirs vides d’un musée Thyssen presque confiné ; dans le 36 tonnes de Joris, routier sympa et auditeur du podcast, le VTC de Mehdi, « le Redondo de la chauff’ », ou la Smart silencieuse de Gilbert à 1 heure du matin, à la recherche d’une station-service sur une autoroute de Mayenne en compagnie de Florent Gautreau ; le long des rues pentues de Notre-Dame de la Garde, le bastion marseillais d’Éric Di Meco, ou au cœur de la grotte stéphanoise où Polo Breitner refait l’histoire, l’écrivain dresse le portrait de quelques voix dans la nuit. Et à travers elles, aussi, celui d’une communauté – une secte peut-être, allez savoir – dont aucune autre émission ne peut se prévaloir. On reconnaît ses adeptes à un rituel : ils écoutent l’After tous les soirs depuis quinze ans.

C’est le 4 avril 2006, raconte Pierre Adrian, que commence cette histoire. Au soir d’un malheureux quart de finale retour de Ligue des champions entre l’Olympique lyonnais de Juninho, Cris et Wiltord et l’AC Milan de Nesta, Pirlo et Inzaghi. Comme dans les grandes histoires, de cette émission inaugurale, il ne reste aucune trace. Rien, à part la mémoire de ceux qui sont encore là, de chaque côté du poste, pour nous la raconter. Le livre fait ainsi la part belle aux souvenirs des fondateurs, tout autant qu’à ceux des auditeurs historiques. Chacun raconte son After à lui. Les anecdotes s’accumulent, se mélangent. Les souvenirs sont variés, s’entremêlent....

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

la revue
Livre
Nos défaites sont plus belles que vos victoires Abonnés
Thibaud LEPLAT
Thibaud LEPLAT

Enseignant en philosophie à Sciences Po, auteur de nombreux ouvrages sur le football. Vit à mi-chemin du ballon et de la philosophie. Pile entre Nietzsche et Ribéry.

Lire l'article en version numérique
commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Bingo : Courbis sans artifice
Bingo : Courbis sans artifice Abonnés

Comment ça, Rolland aurait, à l’antenne, quelques tics de langage et de syntaxe, voire idéologiques ? Rendez-vous pour vérifier et compter les points dès la prochaine émission avec nos cartes de bingo. S’il est en forme, c’est 15 minimum.

0 commentaire
Le roman-photo de l'After
Le roman-photo de l'After Abonnés

Les 24 h chrono de Gilbert par Jérôme THOMAS (dialogues) et Constance GOURNAY (Photos)

0 commentaire