la revue
identité
Bilbao, Basque ou rien Abonnés
Bilbao, Basque ou rien

L’Athletic Bilbao est le seul club des grands championnats européens à ne recruter que local. Les chantres de l’internationalisme et du vivre ensemble peuvent bien s’en offusquer, au Pays basque, le modèle rend fier et ne fait pas débat, même s’il provoque des tensions dans la région.

la revue
identité
Bilbao, Basque ou rien Abonnés
Eneko Sarratia
Eneko Sarratia

Passionné par le football basque, abonné à la Real Sociedad pendant des années. Plusieurs fois champion de France de pelote basque. Actuellement responsable du service Logistique au Centre hospitalier de la Côte basque, à Bayonne.

Lire l'article en version numérique
commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo
L'édito de Gilbert Brisbois et Daniel Riolo Gratuit


La saison dernière, l’After s’est souvent transformée en chaîne d’info. En août, le soir de Nice- Marseille, le match du chaos. En novembre, quand un imbécile a balancé sa bouteille de Cristaline sur la nuque de Dimitri Payet. En mai, quand des Ultras stéphanois ont bombardé leurs joueurs à leur entrée sur le terrain avec des fumigènes tirés à l’horizontale. Le même mois, quelques heures seulement après la finale de la Ligue des champions, transformée en traquenard géant. Daniel et moi avons aussi traversé le parvis du Vélodrome sous les fumigènes et les lacrymos le jour de Marseille-Feyenoord. Ce soir-là, la bataille avait lieu autour du stade, avant et après le match. Presque une habitude lors des matchs de l’OM en Coupe d’Europe cette saison. Salonique, Feyenoord, Qarabag, du grand n’importe quoi. Le foot était très loin lors de ces After. On parlait police, justice, violence et sanctions. 2021-2022 a été la saison de toutes les folies dans les tribunes. Mais pourquoi ? Une explosion de testostérone après deux années de privation due au Covid ? Une augmentation de la violence, comme dans l’espace public ? Les causes varient, les conséquences sont terribles. L’image du foot est plus dégradée que jamais. Les efforts des représentants de supporters et des élus qui œuvrent pour un football festif sont réduits à néant. Nous avons reçu le député Sacha Houlié plusieurs fois dans l’After. Supporter déclaré de l’OM, il a voyagé de stade en stade pour rédiger un rapport qui milite pour le retour des tribunes debout dans les virages ou la fin de la répression sur les fumigènes. Du beau boulot, détruit en quelques mois. En 2020, Houlié disait que « le supporter de foot ne doit pas être traité comme un terroriste ». En 2022, le supporter de foot n’a rien fait pour être traité comme un citoyen exemplaire. On connaît la suite : « Mais non, tous les supporters ne sont pas des délinquants ! Pas de sanctions collectives ! Pourquoi pénaliser le fan de foot irréprochable, privé de stade à cause du débile d’à côté qui a balancé un fumi ? » Dans les pages qui suivent, vous lirez les analyses de l’avocat Pierre Barthélémy, d’Arnaud Szymanski, le référent supporter du RC Strasbourg (comme par hasard…), ou l’avis d’Ultras, souvent plus pertinents qu’on veut bien le croire. Ils renvoient les dirigeants à leurs responsabilités et à leurs erreurs. Autant de spécialistes qui connaissent par cœur le monde des stades et ses codes. Ils font des propositions pour apaiser les relations entre clubs, forces de l’ordre et tribunes. Ce numéro de la revue de l’After vous invite aussi à sortir des virages pour découvrir les latérales, les loges et les corbeilles présidentielles, à écouter ces supporters que l’on n’entend jamais. Vous lirez que les rivalités entre supporters peuvent se transformer en histoire d’amour… ou en guerre. Vous vous rendrez à Turin, Buenos Aires, Madrid ou San Salvador. Et en dessert, vous aurez droit à un moment de douceur : la discussion entre Daniel et Bruno Génésio. Pep en a voulu à l’After. Mais la réconciliation est actée. Le dialogue, en voilà une bonne idée pour apaiser les tensions !

0 commentaire
empty
Ça bouge sur Afterfoot.media Abonnés

Sélection des meilleures contributions publiées depuis trois mois sur afterfoot.media, lien entre nous et vous et espace de débat. Parce que la rencontre et le débat, c’est ça, le sel de l’After. 

0 commentaire
Ultras d'accord !
Ultras d'accord ! Abonnés

Romain Mabille, Rachid Zeroual et Romain Gaudin sont tous trois les patrons de leur tribune, le CUP au Parc des princes, les South Winners au Vélodrome et la Brigade Loire à la Beaujoire. Au-delà des rivalités, les Ultras ont la même vision du foot, du club et de l’attachement identitaire qui le relie au supporter.

0 commentaire