La footbalisation de la politique

Depuis le début du XXe siècle, la récupération politique du football est un classique. Désormais, un phénomène nouveau et plus subtil se fait jour : la footballisation de la politique.


Il faut toujours dire ce que l’on voit : surtout il faut toujours, ce qui est plus difficile, voir ce que l’on voit » disait Charles Péguy dans Notre jeunesse.

Un jour, le 4 septembre dernier, c’est Arnaud Montebourg qui monte sur le praticable de la salle des fêtes de Clamecy. Il a le visage satisfait de celui qui a bien préparé son coup. Son slogan, « la Remontada de la France », entend synthétiser son projet — une relance économique du pays — et sa campagne — le retour dans le jeu politique de l’éternel espoir socialiste. Mais à Paris, ça ricane. Du côté politique, on rappelle que c’est d’abord dans les sondages qu’il faudrait remonter. Du côté sportif, on raille la référence. La remontada, c’est surtout le nom donné à une humiliation fran...

Thibaud LEPLAT
Thibaud LEPLAT

Enseignant en philosophie à Sciences Po, auteur de nombreux ouvrages sur le football. Vit à mi-chemin du ballon et de la philosophie. Pile entre Nietzsche et Ribéry.

Lire l'article en version numérique
commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Y a que l'émotion qui compte !
Y a que l'émotion qui compte ! Abonnés

On aura mis du temps, mais on a eu sa peau. Enfin, je crois. Qui considère encore aujourd’hui que seul le résultat compte ? A-t-on retrouvé l’inventeur de cette phrase imbécile, « On ne se souvient que des vainqueurs » ? Et l’autre, qui répète que « seule la victoire est belle », il vit encore ? Sérieusement, qui peut affirmer que le résultat est le maître étalon du foot ? Nous vous offrons huit minutes de lecture pour vous convaincre définitivement. Sinon, circulez, on n’est pas du même monde !

commentaire
La footbalisation de la politique
La footbalisation de la politique Abonnés

Depuis le début du XXe siècle, la récupération politique du football est un classique. Désormais, un phénomène nouveau et plus subtil se fait jour : la footballisation de la politique.

commentaire