La guerre mondiale du foot

Clubs, fédérations, instances internationales, chacun avance ses pions, sécurise ses positions et tente de façonner le football comme il l’entend, mais les batailles se sont longtemps livrées à huis-clos. Jusqu’à ce dimanche soir 18 avril 2021 où la Superligue a révélé au public combien elles sont violentes.


Le petit monde du football est à l’aube d’une révolution majeure. Le jeu, et l’industrie qui s’agite autour, ne tournent plus rond. Oui, les audiences baissent. Oui, l’intérêt pour le spectacle décroît. Le foot fatigue, le nier serait stupide. Chacun tente d’apporter des solutions qui forcément empiètent sur les plates-bandes de l’autre. « Il faudrait éviter de parler de guerre quand on parle de football et quand le monde souffre d’une pandémie sans précédent », s’indignait Gianni Infantino en mai dernier, reprochant à Aleksander Ceferin ses envolées martiales. Et pourtant, la guerre est réelle, qui oppose principalement le premier au second, la FIFA à l’UEFA, chacun avec ses alliés, pour tenter de mettre la main sur l’ensemble du football...

Leo Heredia
Leo Heredia

Léo Heredia est conseiller en communication. Spécialiste du football espagnol, il travaille depuis plusieurs années pour les instances et acteurs du secteur.

Lire l'article en version numérique
commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Y a que l'émotion qui compte !
Y a que l'émotion qui compte ! Abonnés

On aura mis du temps, mais on a eu sa peau. Enfin, je crois. Qui considère encore aujourd’hui que seul le résultat compte ? A-t-on retrouvé l’inventeur de cette phrase imbécile, « On ne se souvient que des vainqueurs » ? Et l’autre, qui répète que « seule la victoire est belle », il vit encore ? Sérieusement, qui peut affirmer que le résultat est le maître étalon du foot ? Nous vous offrons huit minutes de lecture pour vous convaincre définitivement. Sinon, circulez, on n’est pas du même monde !

commentaire
La footbalisation de la politique
La footbalisation de la politique Abonnés

Depuis le début du XXe siècle, la récupération politique du football est un classique. Désormais, un phénomène nouveau et plus subtil se fait jour : la footballisation de la politique.

commentaire