De la Bombonera à la Casa Rosada

En Argentine, le football mène à tout et surtout au pouvoir, avec qui il entretient une longue et sulfureuse relation. Plus de 40 ans après que la dictature militaire a instrumentalisé le Mondial 78, la passion nationale reste un puissant outil politique au pays de Messi et de Maradona, où il peut conduire jusqu’à la présidence. Exemples.


L’information est presque passée inaperçue. Il faut dire que ce 19 mai 2021, l’Argentine a un peu la tête ailleurs. Avec plus de 40 000 cas de Covid-19 et 494 décès répertoriés, le pays vient de connaître sa pire journée depuis le début de la pandémie. Et pourtant, dans un tout autre registre, ce mercredi d’automne restera gravé dans la tête des supporters de River Plate. Ce soir-là, leur milieu de terrain, Enzo Pérez, est contraint de garder les cages de l’équipe pendant toute la rencontre de Copa Libertadores. Ça n’empêche pas les Millonarios de s’imposer. Légendaire.

Au milieu de cette actualité chargée, seuls quelques médias s’intéressent à une autre information : à la mi-journée, dans le programme phare de la chaîne ESPN, le président...

Georges Quirino Chaves
Georges Quirino Chaves

Après avoir vu Chris Froome à pied sur le mont Ventoux et Jano Resseguié trop essoufflé pour commenter le but de Sergi Roberto au Camp Nou, il pensait avoir tout fait en dix années à RMC Sport. C’était avant de suivre la dernière tournée et les obsèques de Maradona en Argentine, où il travaille comme journaliste freelance depuis 2018. Daniel est persuadé qu’il est grec. Alors que pas du tout.

Lire l'article en version numérique
commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Y a que l'émotion qui compte !
Y a que l'émotion qui compte ! Abonnés

On aura mis du temps, mais on a eu sa peau. Enfin, je crois. Qui considère encore aujourd’hui que seul le résultat compte ? A-t-on retrouvé l’inventeur de cette phrase imbécile, « On ne se souvient que des vainqueurs » ? Et l’autre, qui répète que « seule la victoire est belle », il vit encore ? Sérieusement, qui peut affirmer que le résultat est le maître étalon du foot ? Nous vous offrons huit minutes de lecture pour vous convaincre définitivement. Sinon, circulez, on n’est pas du même monde !

commentaire
La footbalisation de la politique
La footbalisation de la politique Abonnés

Depuis le début du XXe siècle, la récupération politique du football est un classique. Désormais, un phénomène nouveau et plus subtil se fait jour : la footballisation de la politique.

commentaire